Home Politique RDC: Trop de musique tue le travail

RDC: Trop de musique tue le travail

6 min read
0
0

Les musiciens congolais font partie des couches sociales les mieux considérées actuellement. Les autorités nationales, en commençant par le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo semblent leur accorder trop d’importance et de considération, au point de rendre jaloux des membres d’autres catégories sociales dont les Professeurs d’universités.

Réputée pays de la musique, la République Démocratique du Congo sait honorer les ambassadeurs de sa culture. Vivants ou morts, presque tous les grands noms de la musique congolaise auront été servis, à des proportions différentes par le gouvernement.

A cause de cet attachement à la culture, les autorités actuelles semblent avoir décidé de mettre la musique au centre de tout, au risque de négliger l’essentiel.

La musique au centre de tout au risque de tout gâter

Depuis l’inscription de la Rumba congolaise sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, plus rien ne se fait sans les musiciens.

Ainsi, le 24 février dernier, les responsables de l’Inspection Générale des Finances (IGF) ont reçu une délégation des artistes musiciens pour les sensibiliser sur leur contribution dans la lutte contre le détournement des deniers publics. Koffi Olomide, Werra Son, Félix Wazekwa, Héritier Watanabe, Jean Goubal, Tshala Muana, Bill Clinton, Innoss’B ( Innoncent Balume) et autres ont été encouragés à intégrer dans leurs chansons, la lutte contre le détournement. Ce qui n’est pas mal.

Par ailleurs, dans sa communication lors de la réunion du Conseil des ministres du vendredi 4 mars dernier, le Chef de l’État a lui aussi honoré les musiciens, en recommandant vivement qu’une exposition retrace l’histoire de la Rumba, suivie de la production scénique des artistes congolais qui font l’unanimité dans la promotion de la Rumba, ainsi que d’autres artistes congolais de renommée internationale soient inscrits au programme de la journée consacrée à la RDC à l’Expo 2020 Dubaï.

Là aussi, c’est une bonne chose. Sauf qu’une certaine opinion estime qu’il n’y a pas que la musique qui peut servir de vitrine pour le rayonnement de la culture congolaise dans le cadre de la mise en valeur des opportunités d’investissement viables et durables au Congo-Kinshasa.

JB Mpiana et le Min.Sports Serge Nkonde Ph.D.T

Un jour plus tôt, des artistes musiciens ont été reçus par le ministre des Sports et Loisirs dans le cadre de la sensibilisation pour les barrages de la Coupe du monde Qatar 2022. Le but de cette rencontre était d’encourager Héritier Watanabe, Lokwa Kanza, Innoss’B et leurs collègues à participer à une chanson qui sera composée par Félix Wakekwa avec la participation de nombreux autres musiciens, pour pousser les Léopards à arracher une qualification à la prochaine coupe du monde après sa dernière qui remonte à 1974.

Questions : Les Léopards ont-ils besoin d’une chanson pour jouer ballon ?- Les supporters congolais, qui ont l’habitude de soutenir leur équipe depuis des lustres, auront-ils besoin d’une chanson pour se mobiliser? En tout cas, seul le ministre des Sports et Loisirs, Serge Nkonde Chembo saura répondre à ces question.
Qu’à cela ne tienne, trop de musique distrait la population et même les autorités. Or, la distraction tue le travail.

ALT.