Home Politique RDC: L’annonce du retrait du contingent ukrainien de la Monusco diversement commentée

RDC: L’annonce du retrait du contingent ukrainien de la Monusco diversement commentée

5 min read
0
0

L’Ukraine a appliqué le principe qui veut que l’on pense à soi avant de s’occuper des autres. Faisant face à une bataille rude avec l’armée russe qui a envahi son territoire depuis le 24 février dernier, elle a décidé de retirer son contingent militaire, y compris le personnel, les hélicoptères et l’équipement de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO).

L’annonce de ce retrait ne semble pas inquiéter outre mesure certains congolais. C’est en tout cas le constat fait par les correspondants d’alternance.cd à Béni, Goma et à Isiro.

Ce sont 250 Casques bleus Ukrainiens déployés en RDC qui vont regagner leur pays, avec 8 hélicoptères sur 24 leur appartenant.

Un activiste des droits humains rencontré à Beni estime que le retrait du contingent ukrainien de la Monusco ne changera rien sur ce qu’il considère comme « l’inaction de la Monusco face aux massacres des civils ». Il souhaite que d’autres pays emboitent le pas à l’Ukraine pour « laisser aux seuls congolais la liberté de se défendre ».

Même ton et même réaction de la part d’Alphonse Tedikilonge, cadre de l’Ecide, parti politique de l’opposant Martin Fayulu vivant dans la ville de Goma, au Nord-Kivu.
« Pour moi, a-t-il expliqué, c’est une décision responsable du gouvernement Ukrainien. C’est normal qu’il ait décidé de rappeler ses soldats pour défendre leur territoire national. Ce cas doit servir de leçon aux autorités congolaises, qui ont intérêt à savoir que personne ne nous défendra plus que nous-mêmes ».

Un ancien fonctionnaire de la Monusco vivant à Isiro se réjouit carrément de ce retrait.

« Mais que voulez-vous ? Avez-vous oublié que des casques bleus Ukrainiens ont été impliqués dans le trafic d’uniformes aux rebelles dans l’Est de la RDC? Leur départ sera un motif de satisfaction pour tous ceux qui connaissent les rouages de la Monusco », a-t-il affirmé.

Toutefois, ce congolais se veut prudent, relevant que le retrait des casques bleus prend du temps et respecte une procédure et un calendrier encore à définir.

Pour le député national et membre de la commission défense et sécurité à l’Assemblée nationale, Juvenal Munobo, la République Démocratique du Congo doit compter sur ses propres fils, car soutient-il, « la sécurité d’un pays dépend essentiellement du gouvernement national, de l’armée nationale, de services de sécurité nationaux ».

Il insiste sur le fait qu’ il ne faut pas compter sur l’appui extérieur. « L’appui de la Monusco, je l’ai toujours expliqué, c’est un appui complémentaire. Subsidiaire aux efforts qui doivent être fournis par le gouvernement», a martelé cet élu du Nord-Kivu.

ALT.