Home Politique Annonce de la menace du boycott des prochaines élections par le PPRD: François Nzekuye rêve debout

Annonce de la menace du boycott des prochaines élections par le PPRD: François Nzekuye rêve debout

5 min read
0
0

Bien qu’investi par le Président de la République, le bureau actuel de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) est toujours contesté par certains partis politiques. C’est le cas du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD).

Cadre de la formation politique de Joseph Kabila, le député national François Nzekuye n’est pas tendre avec l’équipe de la CENI dirigée par Denis Kadima. A son arrivée à Goma ce jeudi 07 avril 2022, il a craché ses vérités au sujet du processus électoral qui doit aboutir aux élections générales prévues en 2023.

Pour ce Kabiliste, le bureau et la plénière de la Centrale électorale étant acquis à l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), il est hors de question pour le PPRD de participer aux prochaines élections.

« Nous ne pouvons pas aller aux élections avec la CENI de l’UDPS, parce que nous considérons aujourd’hui que tous les membres de la CENI sont de l’UDPS ou alliés et on ne peut pas aller dans un match où l’arbitre est lui-même joueur de l’équipe adverse », a-t-il confié aux journalistes à son arrivée dans le chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Haut cadre et président du groupe parlementaire PPRD à l’Assemblée nationale, François Nzekuye n’a pas épargné la Cour Constitutionnelle.

« Nous avons une Cour constitutionnelle constituée en violation de la Constitution et nous estimons que cette Cour ne peut pas proclamer définitivement des résultats équitables. Nous tenons à ce que cette Cour soit refaite et nous allons en ce moment-là discuter des questions électorales », a-t-il fustigé.

Après avoir critiqué la gestion actuelle du pays, il a annoncé que le PPRD organisera un congrès au mois de mai prochain, en vue de reconquérir le pouvoir à tous les niveaux.

Il faut dire que ni le PPRD, ni le FCC n’a officiellement envoyé des délégués à la CENI. Les cadres du camp politique de Joseph Kabila qui ont été désignés au bureau et à la plénière de la CENI ont été sanctionnés par leur famille politique. Il s’agit de Didier Manara, Jean Ilongo et Âgée Matembo.

Cette posture rappelle celle adoptée par l’UDPS en 2006, en boycottant le référendum constitutionnel et les élections organisées la même année.

Seulement, rien ne permet au stade actuel de penser que le PPRD pourra passer à l’acte.

Bien plus, avec l’expérience du pouvoir qu’ils ont acquise et surtout les nombreux dossiers sales qu’ils trainent, bon nombre de kabilistes ne pourront contre rien au monde accepter de ne pas aller aux élections dans l’espoir de se faire élire pour obtenir des immunités parlementaires.

Junior Lomanga