Home Sports L’IGF audite le ministère des Sports : Des anciens ministres et 7 présidents des fédérations dans le collimateur d’ Alingete

L’IGF audite le ministère des Sports : Des anciens ministres et 7 présidents des fédérations dans le collimateur d’ Alingete

9 min read
0
1

Ça chauffe au ministère des Sports et Loisirs. L’inspecteur général des Finances, Jules Alingete Key a instruit trois inspecteurs des finances pour auditer les fédérations sportives nationales.

Le patron de l’Inspection Générale des Finances (IGF) leur a donné la mission d’établir le relevé exhaustif des fonds reçus du Trésor public par ces fédérations; s’assurer de la régularité et de la réalité des dépenses présentées en justification de ces fonds du Trésor public, notamment eu égard aux états de besoins ayant abouti à leur octroi et; établir les responsabilités individuelles en cas de détournement.

Fin de la récréation ?

Dans les milieux sportifs, c’est un soulagement car, les détournements avérés des fonds du Trésor public s’ opéraient à ciel ouvert, avec la complicité, dit-on, des agents du Budget et des Finances.

En effet, il suffisait à une fédération ou un club d’amener son état de besoin auprès du ministre des Sports et Loisirs qui, transformait cet état de besoin en bon d’engagement à transmettre au budget avec des ajouts d’une marge pour le signataire attitré.
C’est ce qui faisait que les ministres des Sports Loisirs s’ enrichissaient illicitement sur le dos du contribuable congolais.

C’est dire que l’audit annoncé par l’IGF fait trembler des anciens ministres sectoriels et les présidents de fédérations sportives ou de clubs, qui seront bientôt appelés à justifier l’argent touché indûment.

La période concernée par cet audit se situe de janvier 2016 à ce jour, mais certains sportifs demandent à Jules Alingete de l’étendre jusqu’à 2012. Ce, pour deux raisons.

Premièrement, cela permettra aux inspecteurs des finances de contrôler aussi les fonds décaissés par le Trésor public pour les stades municipaux.

Lire aussi RDC: Vers un audit de l’IGF au ministère des Sports!

Deuxièmement, à l’époque, il n’y avait que le Football, le Handball, le Taekwondo et le Cyclisme qui bénéficiaient du financement de l’État.
Ce qui faisait que les dirigeants de ces fédérations gagnaient beaucoup d’argent, et pas toujours de manière légale.

Les sportifs demandent également qu’on ajoute les fédérations de Judo, Karaté, Lutte Associée et le Tennis de table, pour lesquelles des millions de dollars ont été sortis.
D’ailleurs, un Président de la Fédération congolaise de Judo avait été chassé comme un chien pour raison de détournement.

Des chiffres effrayants

Toutefois, certains analystes redoutent la corruption des inspecteurs des finances par des dirigeants sportifs ou d’anciens ministres, qui rappelle-t-on, se sont insolemment enrichis.

Par conséquent, on demande au numéro un de l’IGF d’associer à ces trois inspecteurs un inspecteur judiciaire, qui doit être encadré par un magistrat à désigner à cet effet et deux autres inspecteurs, au regard de la tâche à accomplir.

En apprenant la nouvelle de l’audit au ministère des Sports, un footballeur a confié à alternance.cd que pendant les 7 dernières années, la FECOFA aurait perçu entre 70 à 90 millions USD, soit 10 à 15 millions USD par an.

A la Fédération de Handball, c’est une bagatelle somme de 2,5 millions de dollars qui était injectée annuellement par l’État congolais alors que du côté de la Boxe, ce sont plus de 10 millions USD qui auraient été sortis du Trésor public au cours de sept dernières années. A la Fédération congolaise d’athlétisme, un coureur de fond renseigne, sous couvert d’anonymat, qu’il est difficile d’avancer un quelconque chiffre, le président de cette fédération étant un OD.

Un membre de la Fédération congolaise du Cyclisme affirme que chaque édition du Tour cycliste coûterait à l’État congolais au moins 2,5 millions USD, ce qui ferait un total de plus de 20 millions USD pour les 8 éditions.
La situation s’annonce aussi scandaleuse à la fédération de Basket où la dernière assemblée générale s’est terminée en débandade sur fond des accusations de détournement entre le trésorier et le quatrième vice-président.

Les yeux des sportifs sont donc fixés sur l’IGF, qui est appelée à aller jusqu’au bout de sa démarche pour sauver les sports en République Démocratique du Congo. Wait and see.

Par ailleurs, s’il s’avère que les anciens ministres des Sports visés et les présidents de fédérations ont bel et bien détourné l’argent de l’État, il faudra les contraindre à le restituer, notamment en saisissant tous leurs biens connus ou non du public.

Jean Pérou Kabouira