Home Provinces Provinces: Ils ont touché 50% de leurs arriérés mais…

Provinces: Ils ont touché 50% de leurs arriérés mais…

4 min read
0
0

Les Députés provinciaux font actuellement partie des congolais les plus heureux. Pour cause, ils ont perçu les arriérés d’environ 5 mois de leurs émoluments avant l’élection des gouverneurs et/ou Vice-gouverneurs tenue le 6 mai dernier dans quatorze province. A cela s’ajoute des sommes que certains auraient reçu des candidats gouverneurs pendant la campagne électorale.

Ils avaient menacé de boycotter le scrutin du le gouvernement ne payait pas leurs arriérés. Kinshasa a cédé à la pression et a apuré 50% de leurs arriérés. Ce qui fait un peu plus de cinq mois, les élus provinciaux étant impayés jusqu’au début de mai, depuis plus de 10 mois.

D’après le président du Collectif des députés provinciaux de la RDC, Blanchard Takatela, c’est après avoir trouvé gain de cause à leurs revendications que les grands électeurs sont allés voter.

« Autour des élections des Gouverneurs qui ont eu lieu le 6 mai, il y avait ce problème des arriérées mais finalement le Gouvernement a compris le souci des Députés provinciaux, il s’est exécuté à la hauteur de 50% des arriérées et les 50 % restants, il pourra voir dans la mesure du possible le payer graduellement à la fin de chaque mois comme il l’a souhaité. Il a dit qu’à chaque fois qu’il payera un mois en cours, il ajoutera un mois d’arriérées pour afin apurer ces arriérées pour qu’on en parlent plus et que la vie des Députés provinciaux redevienne normale », a-t-il indiqué, sur des propos relayés par nos confrères d’actualité.cd.

Le président du collectif des députés provinciaux de la République Démocratique du Congo a ajouté que grâce à la bonne foi affichée par le gouvernement central, « au moins les provinces à problèmes n’ont plus de problème parce que les gouverneurs ont été votés ».

Ce geste du gouvernement Sama Lukonde mérite d’être salué car, il a permis d’aboutir à la tenue de l’élection des gouverneurs et de vice-gouverneurs dans les provinces concernées dans un climat apaisé.

Toutefois, au regard des dénonciations de corruption faites notamment par des candidats malheureux au Kongo Central, Sankuru, Maniema et Maï-Ndombe, il y a lieu de se poser de questions sur la moralité de certains députés provinciaux.

Junior Lomanga