Home Politique RDC : LGD, le parti de Matata rafle les jeunes cadres du pays

RDC : LGD, le parti de Matata rafle les jeunes cadres du pays

8 min read
0
0

« Leadership et Gouvernance pour le Développement » (LGD), le parti politique lancé récemment par Matata Ponyo, a été accueilli favorablement par la population congolaise. Dans les rues et sur les places publiques de Kinshasa, on ne parle actuellement que de l’ancien Premier ministre et de sa candidature annoncée à la prochaine élection présidentielle.

Au terme de son premier congrès, LGD a pris la ferme résolution de s’investir à fond dans la recherche de solutions devant résoudre définitivement les questions qui préoccupent la population congolaise.

Dans son discours de clôture, intervenu le 3 mai 2022, le Président national, Matata Ponyo, avait donné un avant-goût de ce qu’apportera cette formation politique comme changements positifs dans la gestion du pays.
_« Voilà pourquoi j’accepte, à votre demande, d’être membre fondateur et Président national du LGD parce que je suis convaincu que la RDC a besoin de (d’) : un Vrai parti politique dont l’objectif principal est, bien entendu, de conquérir le pouvoir mais au bénéfice de la population et non des caciques du parti et des courtisans de son leader. Un parti devant convaincre les congolais qu’un parti politique n’est pas une institution familiale à but lucratif. Que c’est plutôt un outil politique qui, une fois au pouvoir, travaille pour l’amélioration du bien-être de l’ensemble de la population », avait-il déclaré.

Une bataille de vie pour Matata et ses disciples

C’est loin d’être un discours démagogique car, alternance.cd apprend que les premières souscriptions d’adhésion enregistrées sont majoritairement des jeunes cadres du pays, sortis de bonnes universités et éparpillés dans l’Administration publique et les meilleures entreprises privées installées sur le sol congolais.

Il y a aussi parmi les premiers adhérents au LGD, de nombreux congolais expatriés aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, en Afrique du Sud et ailleurs.

« Tous, ont accepté d’être membres de ce parti politique et sont convaincus, à l’instar de notre équipe, ancienne de la primature, que la situation socio-économique du pays est catastrophique et requiert un traitement de choc, capable de changer totalement le paradigme de sa gestion tant politique qu’économique et sociale. Le président Matata l’a rappelé lors du discours de clôture de congrès. Tous les expatriés le savent. Personne ne prend notre pays au sérieux en Afrique », témoigne Naomie Kalala, ancienne conseillère à la primature sous matata, vivant actuellement au Bénin.

Pour eux et pour de millions d’autres congolais qui vont les rejoindre, le LGD est une bataille de vie et, au regard de la dégradation du pays, marquée notamment par la mauvaise gouvernance, l’affairisme érigé en mode de de gestion, le clientélisme et le tribalisme à outrance etc, ils veulent passer vite, très vite à l’action.

Ainsi, à la différence des formations politiques qui existent à ce jour en RDC, « Leadership et Gouvernance pour le Développement » se positionne comme une structure solide, efficace et efficiente, capable de rassembler les congolais autour d’une philosophie ou d’une idéologie commune et devant résister à l’usure du temps au profit de la prospérité de son pays et de son peuple, de générations en générations.

Selon Matata Ponyo, LGD est « un parti dont le mode de gestion des affaires publiques devra être caractérisé par un leadership fort et une gouvernance exemplaire capables de justifier et crédibiliser la conquête et la gestion du pouvoir. Un parti capable d’attirer les meilleurs de ses filles et de ses fils du point de vue de la compétence et de l’éthique, au lieu d’être le foisonnement de tous les intellectuels véreux, de rejetons courageux et bons parleurs de la société. »

Du point de vue de certains analystes politiques, toute cette idéologie et son beau discours sont bons, mais la question qui se pose en ce moment est celle de savoir si Matata sera capable de gérer ce parti politique dans un environnement politique congolais où tout repose sur les épaules du président.

Beaucoup d’autres observateurs sont impatients de voir comment Matata Ponyo conciliera-t-il sa rigueur légendaire et le populisme. Wait and see.

JPK