Home Politique Poids des Partis politiques: L’ACP de Ngobila s’impose (Sondage Les Points)

Poids des Partis politiques: L’ACP de Ngobila s’impose (Sondage Les Points)

9 min read
0
0

C’est un sondage qui en dit long sur ce que pourrait être le visage de l’Assemblée nationale et des Assemblées provinciales de la République Démocratique du Congo après les élections de 2023. Dans le cadre de la vague des enquêtes en perspective des prochaines élections générales, Sondage Les Points a réalisé une enquête spéciale sur les partis politiques en RDC en général et à Kinshasa en particulier.

L’enquête, réalisée sur un échantillon de 2000 personnes, met en lumière les formations politiques les plus appréciées des Kinois et qui sont susceptibles de remporter plus de sièges au niveau national et provincial lors des prochains scrutins.

Après la libéralisation de l’espace politique intervenue au début des années 1990, on a assisté à la création de quelques partis politiques dont l’UDPS et le Palu, qui se sont disputés l’espace politique avec le MPR. Plus de dix ans plus tard, on a assisté à la création d’une panoplie des partis politiques en perspective de premières élections véritablement démocratiques, organisées en 2006.

Avec le temps, il s’est dessiné trois blocs des partis politiques à savoir, les anciens partis visiblement essoufflés, qui ne recrutent pratiquement plus assez de cadres et de militants; les partis dynamiques qui, en dépit de leur ancienneté, ne cessent de recruter des membres et; des jeunes partis qui ont encore la vive ambition de s’implanter à travers le pays.

Dans la première catégorie, on trouve des partis comme le Parti Lumumbiste Unifié (Palu), le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) et l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), qui se contentent de leur statut et de leur renommée et qui, ne fournissent plus assez d’efforts pour recruter des nouveaux adhérents. Leur point commun est d’avoir été ou d’être au pouvoir.

Dans la deuxième catégorie, on trouve notamment l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), l’Alliance des Fédéralistes du Congo (AFDC), le Congrès National Congolais (CNC), Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé) ou encore l’ATD.

Dans la dernière catégorie, on trouve entre autres, l’Alliance des congolais progressistes (ACP), le Nouvel Élan et le Leadership pour la Gouvernance et le Développement (LGD).

Qu’est ce qui a le plus marqué la population kinoise dans le fonctionnement de ces partis politiques et d’autres qui se comptent à plus de 500 au pays? L’appartenance politique, Union sacrée-opposition pourra-t-elle influer sur les choix des électeurs lors des prochaines élections ? Ces derniers vont-t-ils voter pour les partis politiques ou plutôt pour les individus en 2023? Ces questions ont été au centre d’un sondage d’opinion réalisé à Kinshasa du 17 au 18 mai 2022.

Les résultats placent l’ACP du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, à la tête des partis politiques les plus influents dans la capitale au cours de six derniers mois.

Ensemble pour la République de Moïse Katumbi et l’AFDC de Bahati Lukwebo arrivent respectivement à la deuxième place et à la troisième place. L’Ecide de Martin Fayulu arrive à la quatrième place, suivie de l’UNC de Vital Kamerhe.

L’UDPS/Tshisekedi, minée par des conflits internes et des départs, arrive en sixième position juste devant l’Envol de Delly Sessanga et le CNC de Pius Mwabilu. Le Palu de Willy Makiashi l’ECT de Balamage complètent la liste.

Leadership pour la Gouvernance et le Développement (LGD), récemment créé par Matata Ponyo fait une entrée fracassante dans la sphère politique congolaise, en se positionnant à la onzième place devant le Palu de Mayobo, l’AFBC de Néné Nkulu Ilunga, puis l’ACO de Danny Banza, côte-à-côte avec le PT de Steve Mbikayi .

Viennent ensuite le PPRD de Joseph Kabila, le MLC de Jean-Pierre Bemba, le Nouvel Élan d’Adolphe Muzito et la CCU de Lambert Mende. Enfin, il y a le CDR de Christophe Mboso, qui clôture le Top 20 des partis politiques les plus actifs sur le terrain.

Parmi les critères qui ont motivé ce classement, les répondants ont énuméré la capacité de mobilisation des animateurs de ces partis (41%), les moyens financiers et logistiques mobilisés (21%), l’organisation des activités (16%) et le discours des animateurs (12%).

Soixante-sept pour cent d’entre eux affirment que l’appartenance politique Union sacrée-opposition pourra influencer leurs choix lors des prochaines élections.

Toutefois, le vote étant sociologique en RDC, 60% des personnes interrogées affirment être prêts à voter pour les individus contre 16% qui se disent prêts à voter pour les partis politiques.

Sondage Les Points