Home Economie Grand-Katanga: TFM et Ruashi Mining citées parmi les sociétés minières pollueuses de l’environnement

Grand-Katanga: TFM et Ruashi Mining citées parmi les sociétés minières pollueuses de l’environnement

8 min read
0
0

C’est un rapport accablant, très accablant pour certaines sociétés minières basées dans le Grand Katanga. Une enquête menée par le réseau des journalistes investigateurs du Congo (RJIC) les épingle dans la pollution de l’environnement et des eaux.

Le résultat du premier volet de cette enquête menée dans les provinces du Haut-Katanga et du Lualaba, publié samedi 21 mai 2022 à Kinshasa, cite une dizaine de sociétés minières comme plus grandes pollueuses de l’environnement.

Selon Junior Kanyiki, responsable du média d’informations en ligne enquête.cd et Coordonnateur national du RJIC, l’enquête s’est étendue sur la période allant du 2 octobre 2021 au 15 mai 2022, soit un peu plus de huit mois et a mobilisé plusieurs journalistes.

Les enquêteurs font état, d’après le résumé de leur rapport consulté par alternance.cd, d’une part, de l’inaction des autorités compétentes et d’autre part, des éléments convaincants de corruption de ces dernières par les sociétés pollueuses.

Alerter les décideurs

Et c’est justement pour contraindre ces autorités apparemmment corrompues à prendre des mesures adéquates en vue de mettre fin à la pollution de l’environnement par des sociétés minières, que le réseau des journalistes investigateurs du Congo s’est lancé dans cette enquête.

« L’objectif de l’enquête dans différentes entités territoriales décentralisées abritant les sociétés minières était d’informer, d’alerter les décideurs, c’est-à-dire les autorités compétentes, de l’impact de l’exploitation minière sur l’environnement des habitats. Cette alerte consiste principalement à évaluer l’application du nouveau Code Minier, en rapport avec l’étude d’impact environnemental et social », a expliqué Junior Kanyiki.

A l’en croire, les enquêteurs ont échangé avec les populations riveraines, les structures de la société civile évoluant dans la thématique mine et environnement et bien d’autres personnes ressources dont des environnementalistes et dermatologues.

Dans la province du Lualaba, ils ont recensé au moins 6 sociétés minières faisant partie des pollueuses.

Il s’agit de la société TFM (Tenke Fungurume Mining), présente presque partout mais très particulièrement au village Kabombua, situé à une dizaine de kilomètres de la commune de Fungurume.

« Les eaux de rivière, faune et flore ont été polluées. Visiblement, quand vous faites des analyses physiques, vous constatez qu’il y a pollution. Et quand vous faites des analyses physico-chimiques, vous concluez qu’il y a bel et bien pollution», a expliqué Junior Kanyiki.

Il a cité également la Sicomines, « dont la dernière pollution a eu lieu le 22 mars 2022, aux villages Yenge et Kapanga », la Compagnie minière de Musonoyi, Ruashi Mining, Chemaf et Kicol of Africa.

« Au Haut-Katanga également, 6 autres sociétés recourent à de pratiques contre l’environnement. Il y la Société MMG, la société la plus mauvaise, la plus grande qui a beaucoup plus polluée, nous pouvons la classer en première position. Environ 9 villages et là pendant que nous sommes en train de vous parler, il y a l’apparition des maladies dermatologiques, il y a des femmes enceintes qui sont touchées, il y a même des infections tout simplement quand elles font usage de ces eaux usées », a révélé le Coordonnateur du RJIC.

Les autres sociétés minières épinglées comme pollueuses dans le Haut-Katanga sont notamment la société CDM, Gold qui a pollué la rivière Tumbwé, Shemaf qui a pollué les rivières Kakwanda et Luwuwoshi ou encore la Société Ruashi Mining, qui a pollué la rivière Luano.

La CNMCC à Likasi et la société COMIKA à Kambove complètent la liste.

Les journalistes investigateurs du Congo promettent de poursuivre les investigations dans le Haut-Katanga et Lualaba et dans d’autres provinces du Grand Katanga. Ce, en dépit des menaces et intimidations dont ils se disent victimes de la part des sociétés pollueuses.

JPK