Home Politique Pour le juriste Claude Kabi, la rencontre Tshisekedi-Kagame de Luanda doit signer la fin de l’agression de la RDC par le Rwanda

Pour le juriste Claude Kabi, la rencontre Tshisekedi-Kagame de Luanda doit signer la fin de l’agression de la RDC par le Rwanda

12 min read
0
4
banderole scoop bon

Agression de la République Démocratique du Congo par les terroristes du M23 appuyés par leurs alliés Rwandais, dialogue de Nairobi entre le gouvernement congolais et les délégués de groupes rebelles opérant au Nord-Kivu, au Sud-Kivu et en Ituri ou encore le dialogue annoncé entre le Chef de l’État Félix Tshisekedi Tshilombo et son homologue Rwandais, Paul Kagame, sont entre autres sujets commentés par le juriste analyste Claude Kabi.

Premier invité de « INTERVIEW ANALYSE », une nouvelle rubrique d’alternance.cd, ce grand notable du Sud-Kivu invite les congolais vivant au pays et ceux de la diaspora à une union autour des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et du Commandant suprême des forces de défense et de sécurité, le Chef de l’État Félix Tshisekedi Tshilombo.

Saluant les efforts fournis par ce dernier pour bouter dehors les agresseurs, Maître Claude Kabi estime que cette guerre imposée à la RDC ne doit pas être considérée comme une affaire individuelle du Chef de l’Etat mais plutôt celle de tous les congolais. Il dit ne pas être opposé à la rencontre prévue entre Félix Tshisekedi et Paul Kagame dans la capitale angolaise, sous la médiation du Président angolais Joao Lourenço, mais prévient que « celle-ci ne devra pas se transformer en messe noire ». Il espère que ce tête-à-tête signera la fin de la barbarie et de l’agression Rwandaise contre le peuple congolais.

Alternance.cd: Depuis de mois, la RDC est agressée par le M23 et ses alliés Rwandais. Quelle est votre réaction à la situation qui prévaut au Nord-Kivu ?

Claude Kabi: C’est triste et inacceptable de voir nos frères et sœurs tués par les terroristes du M23 accompagnés par une armée régulière et qui a aussi ratifié plusieurs traités et Conventions consacrant la sacralité de la vie humaine.
Cette situation ne peut plus durer. Il est temps que le peuple s’autodetermine et prouver au reste du monde qu’aucun millimètre du territoire national ne sera cédé à qui que ce soit, peu importe la force ou la ruse à laquelle ces prédateurs feront recours. L’armée congolaise d’aujourd’hui, en communion avec son gouvernement et le peuple congolais, se battra jusqu’au dernier soupir dans la lutte contre toute tentative d’occupation de son territoire national par les ennemies de la RDC. Lire aussi Claude Kabi: «Le hissement du fameux drapeau de la République du Kivu est un ballon d’essai»

Le gouvernement congolais a participé aux négociations de Nairobi, au Kenya, avec une dizaine de groupes rebelles actifs dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu et de l’Ituri. Comment envisagez-vous l’issue de ce processus de paix?

L’initiative prise par le gouvernement congolais visant à dialoguer avec les groupes armés était la seule voie par laquelle chacun ferait valoir ses prétentions et saisir là une occasion de réintégrer la société congolaise. C’est ainsi que ceux qui sont consciencieux de la gravité de leurs actes ont accepté de déposer les armes et se ranger derrière le gouvernement qui, jusqu’aujourd’hui, continue à tendre la mains à ceux qui le veulent. Exceptés les terroristes qui ont choisi la voie des armes et épées à la place du dialogue.
Ce qui veut dire que la bonne foi de la part du Chef de l’Etat, Son Excellence Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à pacifier le paix sans aucune discrimination se prouve toujours.
Mais hélas!

Pour revenir à l’agression de la RDC par le Rwanda, une renvontr est prévue cette semaine entre le Président Félix Tshisekedi Tshilombo et son homologue Rwandais, Paul Kagame, à Luanda, capitale de l’Angola. Êtes-vous contre ou pour cette rencontre ?

Pour ce qui est de la rencontre entre les deux présidents, je ne serai jamais contre, mais celle-ci ne devra pas se transformer en une messe noire. Chacun devra dire ce qu’il pense de son pays sans pour autant se placer dans une position de passivité. La RDC est agressée pour la enième fois par le Rwanda se cachant derrière des aigris qui sans aucun sens de patriotisme, acceptent pour des intérêts égoïstes de contribuer aux massacres de leurs frères congolais.
Cette rencontre doit servir d’issue mettant fin aux exactions commises par l’armée rwandaise et autres contre le peuple congolais, particulièrement de l’Est de la République.

Quelle attitude devrait selon vous afficher le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi Tshilombo face à Paul Kagame ?

Comme dit dans l’autre phrase, notre président de la République, Son Excellence Fatshi ne devra que réaffirmer sa volonté de défendre la RDC et la conserver dans ses limites telles que fixées lors de la Conférence de Berlin, lors du découpage de l’Afrique par le Chancelier allemand Bismarck.
Cette volonté est prouvée et ne fera que la réaffirmer. Il est fils de la RDC et premier citoyen de ce pays. Il sait ce que le peuple attend de cette rencontre.

Vous êtes un grand notable et un acteur majeur de développement du Sid-Kivu. Vous avez certainement un mot à dire concernant l’acquittement de « Mwalimu » Vital Kamerhe…

Comme vous venez de le dire, je suis l’un de notables et dignes fils de la province du Sud-Kivu.
Le temps passé en prison par le Mwalimu était un manque à gagner pour la République et pour son peuple.
Heureusement, la justice a fait son travai. Il a été rendu à chacune de parties au procès ce qui lui revenait de droit.
Au Mwalimu Kamerhe, la liberté, laquelle liberté lui permet aujourd’hui de continuer la lutte sans relâche au développement du pays ainsi qu’à sa pacification, à la cohésion avec les autres peuples du monde; surtout que c’est ce caractère qui définit le Mwalimu VK.
Cet acquittement redore la justice congolaise et donne plus d’espoir à tous ceux là qui se sentent opprimés et dont les droits ont été bafoués par certains hommes forts de différents régimes qui se sont succédés en RDC.
Ce qui serait la vrai définition de l’Etat de droit prôné par le Chef de l’Etat, Son Excellence Félix Tshisekedi Tshilombo.

Interview réalisée par RD44