Home Politique Allergique aux critiques, Patrick Muyaya menace ses critiqueurs

Allergique aux critiques, Patrick Muyaya menace ses critiqueurs

9 min read
0
0

C’est officiel: les critiqueurs de l’action du porte-parole du gouvernement congolais s’exposent à des ennuis dont des poursuites judiciaires. C’est le ministre de la Communication et Médias qui l’a annoncé lui-même, le plus officiellement du monde, lors du briefing du samedi 30 juillet 2022. Devant des caméras de télévisions nationales et internationales, Patrick Muyaya a exprimé sa colère à l’égard de ceux qu’il accuse de salir son image.

Embourbé dans une affaire de sacs d’argent filmés dans son ministère par un agent de la RTNC2 le 27 juillet dernier, le Porte-parole du gouvernement multilplie les justifications pour tenter de se dédouaner.

Dans un communiqué publié le 29 juillet, son Directeur de Cabinet adjoint, Maître Nico Futu Mayembe a dénoncé « le caractère à la fois odieux, diffamatoire et invraisemblable des affirmations qui accompagnent cette vidéo {ndlr celle des sacs d’argent} volontairement isolé de tout contexte, en contradiction totale avec la vérité et incompatible avec l’impératif d’intégrité et de redevabilité auquel » le ministre est « fermement attaché ».

Il a annoncé que l’auteur de ladite vidéo, un certain Christian Toma, est visé par une action disciplinaire par sa hiérarchie à la RTNC 2 et qu’une enquête a été été initiée par le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/ Gombe, pour élucider les vrais mobiles de son action.

Violation de la présomption d’innocence de l’auteur de la vidéo

Capture d’écran de la vidéo des sacs d’argent

Alors que la justice n’a pas encore communiqué sur le dossier et que le précité Christian Toma est toujours présumé innocent, le Directeur de Cabinet adjoint du ministre de la Communication et des Médias, de surcroit avocat, s’est permis de qualifier les faits mis à sa charge, « d’une tentative infructueuse de manipulation des émotions à l’aide d’un tissu de mensonges savamment cousus par des officines de toutes natures, derrière qui se cachent des véritables ennemis du changement ».

Lire aussi Médias: Patrick Muyaya dédouble les journalistes de la RTNC par ses copains

Plus grave, le Porte-parole du gouvernement s’est prononcé publiquement sur la question lors du briefing du samedi 30 juillet avec la Vice-premier ministre en charge de l’environnement et développement durable et le ministre des Hydrocarbures.

« La question est au parquet. Ça fait plusieurs mois que je suis victime de plusieurs campagnes de sape. Pour moi, c’est un bon signe. Ça prouve que nous sommes sur la bonne voie. On vous cherche de poux sur la tête parfois sans cheveux », a déclaré Patrick Muyaya.

Le silence complice de la presse

Devant des journalistes totalement acquis à sa cause, il a proféré des menaces à l’égard de tous ceux qu’il accuse de s’en prendre à son image.

« L‘intégrité est une question cardinale dans le gouvernement Sama Lukonde. Nous tenons beaucoup à cela. Et ce qui a été fait c’est de la méchanceté, de la mauvaise foi de la part d’un caissier qui sait comment fonctionne le circuit financier de l’Etat. Et lui et ses complices répondront devant la justice pour que cela serve d’exemple pour que jamais les gens ne s’asardent à salir l’image qui constitue le principal investissement de nous tous…n’est pas négociable et en aucun cas on va résigner sur cela », a vociféré l’homme du «changement de narratif ».

Dans la presse congolaise, c’est le silence du cimetière. En effet, aucun média n’a osé interpeler le ministre de la Communication et Médias sur son attitude qui traduit, du point de vue des analystes, une certaine folie de grandeur.

Au contraire, certains médias ont largement fait écho des invectives de Patrick Muyaya alors que rien n’autorise un membre du gouvernement, porte-parole de l’exécutif soit-il, de menacer publiquement ceux qui ne soutiennent pas son action.

On se souvient à ce propos que même le célébrissime ancien Porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende Omalanga, au sommet de sa gloire sous Joseph Kabila, dont il était un proche collaborateur, ne s’est jamais donné le luxe de proférer des menaces à l’endroit de ceux qui critiquaient son action à la tête du ministère de la Communication et Médias.

Pourtant, « l’homme au verbe facile » était la cible des critiques et même des insultes de toutes natures.

Lire également Des « tirs de sommation » pour un bilan de 5 morts à Goma: La nouvelle baliverne de Patrick Muyaya

Par ailleurs, d’aucuns pensent que Patrick Muyaya fait trop de sorties médiatiques mais peine à donner forme au « changement de narratif », cheval de bataille de son action.

Il y a donc lieu de se poser de questions sur l’utilisation par l’ancien cadre du Palu, des fonds alloués à son ministère, notamment ceux destinés à la communication.

Jean Pérou Kabouira