Home Politique Présidentielle au Kenya: Félix Tshisekedi a finalement réagi

Présidentielle au Kenya: Félix Tshisekedi a finalement réagi

8 min read
0
0
fardc 1 min

Il est l’un des derniers Chefs d’Etat de la Communauté d’Afrique de l’Est (en anglais East African Community, EAC) à réagir à l’élection présidentielle kényane du 9 août dernier, qui a donné vainqueur le Vice président William Ruto devant le vétéran Raila Odinga. Le Président de la République Démocratique du Congo a finalement donné de la voix, lundi 22 août 2022.

Et le moins que l’on puisse dire, Félix Tshisekedi s’est montré prudent, en se réservant de féliciter le vainqueur donné par la Commission électorale, bien entendu, en attendant l’aboutissement des recours introduits par le perdant devant la Cour Suprême.

Figure historique de l’opposition, Raila Odinga a été soutenu pour ce scrutin par le président sortant Uhuru Kenyatta et son parti. Conformément à l’engagement pris par tous les candidats, il a préféré contester les résultats annoncés par la Commission électorale (IEBS) devant la Cour Suprême.

Dans sa requête consultée par l’AFP, il affirme notamment qu’aucun candidat n’a passé le seuil constitutionnel des 50% des voix et que l’élection a été entachée de manière « substantielle et significative » par des irrégularités. Des ONG et des particuliers ont aussi déposé des recours de contestation des résultats qui ont donné à William Ruto 50,49% contre 48,85% pour Raila Odinga.

L’axe Kampala-Kigali-Kikangati -Nairobi se dessine

Malgré la contestation des résultats par le camp Odinga et quatre membres de la commission électorale, Ruto a reçu plusieurs messages de félicitations de la part des chefs d’État africains. C’est le cas du Rwanda qui a été parmi les premiers pays à le féliciter officiellement.

« Le gouvernement et le peuple de la République du Rwanda expriment de tout cœur des félicitations au gouvernement et au peuple de la République du Kenya pour le succès des élections générales du 9 août 2022 », a indiqué le ministre rwandais des Affaires étrangères et de la coopération internationale dans une correspondance adressée à son collègue kenyan.

Le 15 août, c’est le nouveau président de l’EAC, Evariste Ndayishimiye du Burundi qui adressé ses félicitations au nouveau président kényan. « Mes sincères félicitations au président élu William Ruto et le peuple de la République du Kenya pour la tenue d’élections libres, équitables et pacifiques. Nous exhortons toutes les parties à préserver la paix et à régler les différends par les mécanismes juridiques compétents existants. Idumu jumuiya yetu ! », a tweeté le président burundais.

Il en est de même du président rwandais de l’Ougandais Yoweri Museveni et de la Tanzanienne, Samia Suluhu.

Grand ami et allié du président sortant Uhuru Kenyatta, Félix Tshisekedi a sans doute soutenu le candidat Raila Odinga à l’opposé de certains de ses pairs de la région, qui ont soutenu William Ruto. Ce dernier n’a d’ailleurs pas bonne presse en République Démocratique du Congo où une majeure partie de la population l’a découvert en faveur de ses propos insultants à l’égard des congolais.

Lire à ce sujet A l’instar de Paul Kagame, le Vice-président du Kenya se moque (impunément) de la RDC

Qu’à cela ne tienne, le nouvel homme fort du Kenya aurait des contacts avec Joseph Kabila, ce qui ne ferait qu’augmenter la méfiance de Félix Tshisekedi.

Logiquement, le Chef de l’Etat congolais a préféré féliciter le peuple Kényan pour avoir participé au scrutin.

« J’ai suivi avec une attention particulière le déroulement des élections présidentielles au Kenya. Je félicite le peuple de ce pays frère, qui s’est exprimé par la voie des urnes», a-t-il réagi sur des propos publiés sur le compte Twitter officiel de la Présidence congolaise.

Il a ajouté que « La RDC compte sur la sagesse des autorités Kényanes pour parachever ce processus dans un climat tout aussi apaisé par la voie des urnes, et attend travailler avec celles que le peuple Kényan aura choisies ».

A noter que la Cour Suprême du Kenya dispose de 14 jours pour rendre sa décision. En cas d’annulation du scrutin, une nouvelle élection présidentielle devra se tenir dans les 60 jours.

Jean Perou Kabouira