Home Economie École Nationale des Finances: Les enfants et proches de cadres des régies financières d’abord

École Nationale des Finances: Les enfants et proches de cadres des régies financières d’abord

9 min read
0
0
fardc 1 min

La situation est grave, très grave à l’Ecole Nationale des Finances(ENF). Les échos en provenance de établissements de formation de la fonction publique, sous tutelle du ministère des Finances, qui conduit tout à la fois des actions de recrutement, de formation professionnelle initiale et de formation professionnelle continue font état d’un favoritisme, clientélisme et népotisme à ciel ouvert lors des délibérations.

Sur la box des accusés, on place avec insistance Madame Godeliev Elisabeth Lonji, cheffe de section des Impôts directs et indirects. Inspectrice chef de division à la DGI, cette dernière est accusée de privilégier les enfants et membres de familles et/ou proches de cadres des régies financières au détriment des autres lauréats considérés comme issus des familles sans griffes.

C’est triste de le relever mais ça vaut la peine de le faire: le népotisme, le favoritisme et le clientélisme ont élu domicile à l’Ecole Nationale des Finances. Ce qui n’était que des rumeurs s’est finalement confirmé et a été révélé au grand jour, mardi 23 août 2022, lors de la délibération des lauréats de l’année de formation 2021-2022.

Incroyable mais vrai, la nommée Godeliev Elisabeth Lonji aurait, au vu et au su de tous, fait preuve de favoritisme au bénéfice des lauréats appartenant aux familles de cadres des régies financières.

Des professeurs contactés par alternance.cd, qui ont préféré garder l’anonymat, se plaignent du fait que les cotes des lauréats qu’ils ont envoyées à la section auraient été modifiées par la cheffe de section.

« Personnellement, je sais qu’ici les enfants de cadres des régies financières sont favorisés dans le but d’assurer la succession des pères par leurs fils. Mais pas jusqu’à soustraire les points d’autres lauréats tout simplement parce qu’ils n’ont pas de parents ou de proches cadres dans les régies financières. C’est malheureusement c’est en quoi nous assistons depuis un temps », s’est plaint un Professeur.

Quelques lauréats approchés ont abondé dans le même sens. Certains affirment que Madame Godeliev Elisabeth Lonji confie à qui veut l’entendre que « l’ENF n’est pas une école de formation des enfants de pauvres et qu’elle a le devoir, au nom de la solidarité entre cadres, de favoriser les enfants de ses collègues cadres dans les régies financières ».

Au regard de la gravité des accusations portées contre elle, votre média en ligne a tenté à plusieurs reprises de contacter par téléphone la principale intéressée pour avoir son son de cloche, question d’équilibrer l’information.

Malheureusement, elle n’a répondu ni aux appels ni aux messages. Alternance.cd s’engage donc à publier sa réaction au cas où elle réagirait.

Le DG Jean-Paul Nyembo interpelé

Pour revenir au népotisme et au clientélisme, il faut dire que tous les lauréats interrogés disent ne pas savoir si le Professeur Jean-Paul Nyembo Tampakanya, Directeur général de l’Ecole Nationale des Finances est ou non derrière ces magouilles.

Lire aussi Détournement présumé de plusieurs millions USD du projet 300 écoles : Sele Yalaghuli 0, Kabund 3

Ce dont on est certes, c’est que la compétence, la rigueur, l’intelligence, le savoir-faire, le savoir-vivre et d’autres valeurs ne sont plus de critères de réussite à l’ENF.

Plus grave, lors de la défense des travaux de fin de formation, les lauréats identifiés comme issus des familles des ayant-droits sont chouchoutés avec des questions terre à terre alors que les autres sont grillés avec des questions aristocratiques.

Là aussi, les doigts accusateurs sont pointés sur la cheffe de section, que l’on suspecte de donner des consignes aux professeurs à cet effet.

Le DG Jean-Paul Nyembo Ntampakany est donc vivement interpellé et encouragé à ouvrir les yeux sur ce qui se passe au sein de la section Impôts Directs et Indirects, lui qui a placé son mandat sous le signe de l’excellence dans l’enseignement, l’apprentissage et le renforcement des capacités des cadres professionnels à charge de l’ENF, et au « développement de leaders dans toutes les disciplines qui font une différence positive dans le monde comme dans les milieux des finances publiques ».

Certaines langues disent, à tort ou à raison, qu’il est impuissant devant la cheffe précitée.

Le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, est lui aussi interpelé.

Jean Perou Kabouira