Home Nation PRECOP27 : José Mpanda plaide en faveur des politiques scientifiques innovantes pour la sauvegarde des écosystèmes

PRECOP27 : José Mpanda plaide en faveur des politiques scientifiques innovantes pour la sauvegarde des écosystèmes

7 min read
0
0
fardc 1 min

Le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a donné le go, ce lundi 5 septembre 2022, de la Conférence scientifique internationale et des travaux préparatoires de la 27 ième Conférence des parties à la Convention cadre des Nations Unies sur le Climat (PRECOP27), à Yangambi dans la province de la Tshopo.

Plusieurs intervenants ont prononcé de discours, notamment le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kabangu, autorité de tutelle de l’Institut National pour l’Étude et la Recherche Agronomique (INERA) dont le centre de Yangambi sert de cadre aux participants.

Le du Centre de l’INERA Yangambi se justifie par le fait qu’avec sa hauteur de 55 mètres dont 15 mètres au dessus du couvert forestier, la tour de Yangambi comble un énorme déficit de données sur l’importance des forêts humides africaines dans la capture des émissions mondiales de carbone, les changements dans les régimes pluviométriques locaux et régionaux, et l’effet de la dégradation des forêts et de la déforestation sur le réchauffement climatique.

Des options pragmatiques

Dans son discours, le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique a relevé que le réchauffement climatique actuel est causé le comportement de l’homme vis-à-vis de la nature.

« Le réchauffement actuel n’est pas un aléa de la longue histoire climatique de la planète terre. Il est la conséquence d’erreurs, d’excès, de l’indifférence que par ignorance ou par aveuglément, l’humanité a trop longtemps manifesté à son environnement. Le ministère congolais de la Recherche Scientifique et Innovation technologique voudrait entendre de ces assises des options pragmatiques et de politiques scientifique innovantes en vue de renforcer la protection et la sauvegarde des écosystèmes », a-t-il lancé.

Me José Mpanda a indiqué qu’il souhaite que cette conférence scientifique internationale identifie les possibilités de limiter l’ampleur du réchauffement climatique, la gravité de ses impacts et les opportunités d’aboutir au changement attendu.

« Mon vœu le plus ardent, d’une part, a-t-il émis, est que cet événement apporte les contributions scientifiques les plus pertinentes et de recommandations phares allant dans le sens de nous faire bénéficier de nos ressources naturelles et de pouvoir les valoriser comprendre leur fonctionnement et surtout leur contribution face au changement climatique et d’autre part, que le plan stratégique qui sortira des recommandations de ces assises puisse se joindre aux travaux d’évaluation du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat .»

Le patron de la recherche scientifique et innovation technologique a plaidé pour une gestion durable des ressources renouvelables afin de contrer, limiter et diminuer les pressions atropiques qu’elles subissent.

« Plusieurs études scientifiques ont démontré que les forêts tropicales sont participation riches et diversifiées en espèces végétales et regorgent des espaces animales emblématiques. Elles sont parmi les plus importantes de la planète en termes de biodiversité et rendent d’énormes services aux communautés qui y vivent. C’est pourquoi la gestion durable de ces ressources naturelles renouvelables est indispensable pour contrer, limiter et diminuer les pressions atropiques qu’elles subissent. Dans ce domaine, la RDC, notre beau pays qui compte deux tiers de la forêt du bassin du Congo avec une importante biodiversité et de ressources naturelles pouvant à ces assises pourra jouer un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique, présente bien des atouts pouvant solutionner la crise climatique comme l’avait bien souligné Monsieur le Président de la République Chef de l’Etat, dans son discours à la COP26 », a expliqué Me José Mpanda.

Junior Lomanga