Home Nation Désignation des agents aux emplois de commandement, d’encadrement et de coordination : Jean-Pierre Lihau sursoit son arrêté problématique

Désignation des agents aux emplois de commandement, d’encadrement et de coordination : Jean-Pierre Lihau sursoit son arrêté problématique

10 min read
0
0
fardc 1 min

Le Vice-premier ministre, Ministre de la Fonction publique, Modernisation de l’Administration et Innovation du Service Public, Jean-Pierre Lihau, a mis fin (momentanément ?) à la fausse polémique sur le dossier des récentes désignations des agents de carrière aux emplois de commandement, d’encadrement et de coordination. Suite aux inquiétudes exprimées par le Secrétaire Général aux Finances, il a mis en place une commission spéciale chargée de vérifier tous les cas des agents supposément inéligibles.

Quand on hérite d’un secteur qui a été longtemps abandonné entre des mains non expertes, on doit parfois prendre de décisions courageuses pour obtenir des résultats positifs palpables.

C’est l’exercice auquel se livre le VPM Jean-Pierre Lihau depuis sa nomination.

En effet, sous la supervision du Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, il s’est engagé sur plusieurs fronts, entre autres, la problématique d’identification biométrique des agents en vue d’une meilleure maîtrise des effectifs ; la retraite ; la question du rajeunissement du personnel administratif vieillissant ainsi que celle de l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents de l’État.

Induit en erreur ?

Tenant compte du fait que beaucoup d’agents attendent depuis plusieurs décennies pour passer d’un grade à un autre, il s’est penché sur la question de grades.

Lire aussi Polémique sur le SG de l’économie : Bongongo enseigne le fonctionnement de l’Administration publique à Joseph Kapika

Pour ce faire, Jean-Pierre Lihau a créé une commission chargée d’examiner certains arrêtés, parmi la centaine laissée en souffrance par son prédécesseur. Cette commission a travaillé, d’après quelques uns de ses membres contactés par alternance.cd, avec le Directeur des Ressources humaines de la Fonction publique et avec le Secrétaire Général ainsi que la délégation syndicale de chaque administration concernée.

Objectif: confirmer que les agents désignés par l’ancien Ministre de la Fonction publique, Michel Bongongo, occupent bel et bien les fonctions qui nécessitent que son successeur puisse leur accorder une reconnaissance officielle avant la titularisation par Décret du Premier ministre pour les chefs de divisions et les chefs de bureau et par Ordonnance présidentielle pour les Directeurs.

« Il est évident que tout le travail était fait au niveau de la Commission et que le Ministre de la Fonction publique ne devrait pas convoquer individuellement chaque agent. C’est donc de bonne foi que le VPM de la Fonction publique a entériné ces décisions », tranche un ancien Directeur de cabinet d’un ancien Ministre de la Fonction publique.

Ne cachant pas son admiration pour les « réformes courageuses entreprises par Jean-Pierre Lihau », il le dédouane totalement dans ce dossier.

« En réalité, a-t-il poursuivi, le problème se situerait au conflit qui existe entre le Secrétaire Général aux Finances et les syndicalistes, chaque camp tenant coûte que coûte à favoriser ses membres dans les désignations

Ce n’est pas un arrêté d’admission sous statuts

De son côté, un Secrétaire Général dont nous taisons le nom a tenu à souligner que l’arrêté n°099/CAB/VPMIN/FP-MA-ISP/JPL/2022 du 02 septembre 2022 n’est pas un arrêté d’admission sous statuts mais il s’agit d’un arrêté portant désignation à titre intérimaire aux emplois de commandement, d’encadrement et de coordination.

En langage clair, tous les agents désignés sont des fonctionnaires qui ont fait carrière. Ils n’ont pas été nommés par l’actuel ministre.

Lire également Retranchement contre relégation : La revanche des Tshisekedi sur les Kabila!

Pour revenir à la dernière décision du Vice-premier ministre de la Fonction publique, il faut dire que Jean-Pierre Lihau a demandé aux Secrétaires généraux, Directeurs Généraux et à l’Inspecteur Général de surseoir son arrêté apparemment problématique.

« Dès ma prise de fonctions, j’avais institué une commission dite « Commission des Arrêtés » chargée principalement de l’actualisation des Arrêtés non notifiés hérités de mon prédécesseur et portant sur la situation administrative des Agents, non sans l’accompagnement du Banc syndical. En dépit du travail abattu par ladite Commission, dont le rapport a conduit à l’ édiction de l’Arrêté n°099/CAB/FP-MA-ISP/JPL/2022 du 03 septembre 2022, il est signalé, entre autres, qu’un certain nombre de cas d’agents non éligibles à la titularisation ou à l’avancement en grade s’est glissé dans ledit Arrêté qu’il importe d’identifier », leur a-t-il expliqué.

Pour ce faire, il leur a annoncé la mise en place « d’une commission spéciale chargée de vérifier, au cas par cas, tous les cas d’agents jugés inéligibles .»

Aussi, a précisé le Vice-premier ministre de la Fonction publique, « en attendant le rapport de la Commission susdite, instruction vous est prescrite de surseoir, dès réception de la présente et jusqu’à nouvel ordre, à l’exécution de l’Arrêté ministériel en question ».

Ce dossier aura sans doute d’autres épisodes et mérite un suivi permanent.

RD44