Home Politique Mercato politique : Un groupe de députés provinciaux du Sankuru se jette dans les bras de Moïse Katumbi

Mercato politique : Un groupe de députés provinciaux du Sankuru se jette dans les bras de Moïse Katumbi

5 min read
0
0
fardc 1 min

En perspective des élections générales prévues en 2023 en République Démocratique du Congo, ça bouge dans tous les sens au sein de la classe politique. Au Sankuru, ce sont les députés provinciaux qui ont donné le ton, en commençant à choisir leur camp entre le Chef de l’État Félix Tshisekedi et ses potentiels adversaires à la prochaine élection présidentielle.

Visiblement non satisfaits du traitement qui leur a été réservé à l’Union sacrée de la Nation, une demi douzaine des députés provinciaux, sur la vingtaine que compte l’Assemblée provinciale du Sankuru, séjourne dans la province du Haut-Katanga, pour négocier leur adhésion à Ensemble pour la République.

Ces députés provinciaux, au nombre desquels deux protégés d’un député national de la dissidence du PPRD au sein de l’Union Sacrée devraient, sauf changement de dernière heure, être reçus, ce samedi ou dimanche par l’ancien Gouverneur de l’ex-Katanga, à qui ils comptent faire une promesse ferme de lui offrir le Sankuru aux prochaines élections.

A leur arrivée à Lubumbashi, ils ont rencontré par hasard un journaliste d’alternance.cd, originaire du Sankuru, qui a garné une tonne d’informations sur l’objet de leur déplacement.

Ils seront rejoints dans la capitale cuprifère par deux autres députés provinciaux, en attendant évidement l’issue des négociations avec d’autres élus Sankurois.

Parmi ces députés provinciaux Sankurois qui se sont livrés à Moïse Katumbi, il y a entre autres, José Dambo( élu de Katako-Kombe); Bernard Nkoso(élu de Lusambo) et José Lumu (élu de Lomela). Ils seront rejoints, d’après nos sources, par Charles Pongo et Daniel Omalosambo(tous deux élus de Lodja).

Lire aussi UNC: Le cœur, le ventre et l’avenir(1ère partie)

Ce mercato politique, qui aurait été facilité par un acteur politique originaire du Sankuru, qui s’affiche actuellement comme opposant au Chef de l’Etat après avoir bénéficié gratuitement d’une grâce présidentielle pour sortir de la prison centrale de Makala, ne ferait pas les affaires de Félix Tshisekedi au Sankuru en 2023.

Pour cause, on laisse entendre que ces très prochains Katumbistes pourraient inclure dans leur deal, la destitution du président de l’Assemblée provinciale, Benoît Olamba, réputé Tshisekediste, au risque de replonger la province dans un nouveau cycle d’instabilité institutionnelle, après une accalmie constatée depuis quelques mois entre l’Assemblée provinciale et le nouveau Gouverneur du Sankuru, Jules Lodi.
Affaire à suivre.

Jean Perou Kabouira

PUBLICITÉ