Home Sécurité Vers la fin de Nairobi 3 sans solution à la problématique du M23

Vers la fin de Nairobi 3 sans solution à la problématique du M23

3 min read
0
0

Ouverts le 28 novembre dernier à Nairobi au Kenya, les travaux de la troisième phase du processus de Nairobi pour la paix dans l’Est de la RDC se clôturent, sauf changement, ce lundi 5 décembre 2022. Alors que les 225 délégués ayant travaillé aux côtés de Serge Tshibangu, mandataire spécial de Félix Tshisekedi, s’apprêtent à publier les résolutions prises, rien de concret ne semble avoir été décidé au sujet des terroristes du M23, non partie prenante aux pourparlers.

Kinshasa a réussi à exclure le M23 du processus de Nairobi. Ce mouvement terroriste appuyé par le Rwanda devait, aux termes du communiqué du mini-sommet de Luanda, déposer les armes et se cantonner au plus tard le 30 novembre. Les informations en provenance du terrain renseignent qu’il garde ses positions conquises et renforcerait se renforcerait en équipements pour d’éventuelles nouvelles conquêtes.

Lire aussi Mini-sommet de Luanda: a quand le retour des FARDC dans les zones libérées ?

D’après Actualité.cd, il est attendu, à la fin du troisième round du processus de Nairobi, « un engagement de toutes les parties à participer à la phase opérationnelle du Programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation (PDDR-CS) », une initiative censée être le second pilier du processus de paix dans l’Est de la RDC.

Lire également 1er forum national sur le PDDRC- S et la Transition de la MONUSCO : Pas un seul mot des participants sur le soutien ou le rejet de Tommy Tambwe

Pour rappel, c’est le 7 août 2021 que le chef de l’Etat a nommé Emmanuel Tommy Tambwe Rudima au poste de coordonnateur national du nouveau Programme de désarmement, démobilisation et relèvement communautaire et stabilisation, institué un mois plus tôt.

Le 26 mai 2022, le président Félix Tshisekedi a nommé neuf membres des coordinations provinciales. Une année et demi plus tard, les activités de ce programme ne fonctionnent pas normalement. La faute aux moyens financiers qui arrivent petitement.

Jean Perou Kabouira