Home Monde Coup de massue pour la France: Le Burkina Faso livre une mine d’or aux russes

Coup de massue pour la France: Le Burkina Faso livre une mine d’or aux russes

4 min read
0
0

L’hostilité à l’égard d’anciennes puissances européennes grandit en Afrique. Au Burkina Faso, depuis le coup d’Etat du 30 septembre dernier, qui a porté au pouvoir le capitaine Ibrahim Traoré, la Russie tend à prendre la place de la France dans les cœurs de la population. Répondant favorablement aux aspirations des Burkinabés qui ont, témoigné leur attachement au pays de Vladimir Poutine en brandissant des drapeaux de la Russie lors des manifestations, le gouvernement a accordé à une compagnie russe le permis d’exploitation d’une nouvelle mine d’or.

Selon un compte rendu du conseil des ministres publié le jeudi 8 décembre, la société russe Nordgold a obtenu le permis d’exploitation d’une mine d’or. Ce permis d’exploitation s’étend sur une durée de quatre années sur le site de Yimiougou située dans le Centre-Nord, coucabt une superficie de 31,44 Km2. D’après le gouvernement, la production totale attendue est estimée à 2,53 tonnes d’or pour une contribution directe au budget de l’Etat estimée à 8,1 millions d’euros et 1 million d’euros au profit du fonds minier de développement local.

Lire aussi 20 millions € de l’UE à l’armée rwandaise : Denis Mukwege n’en revient pas

Vu de la République démocratique du Congo, pays agressé par le Rwanda sous le regard apparemment complice des européens, avec à leur tête la France, l’octroi de ce permis d’exploitation aux russes est une véritable chicotte infligée au pays d’Emmanuel Macron.

Même s’ils hésitent encore à défier officiellement les européens, des officiels congolais ne cachent pas, en privé, leur souhait de voir la RDC renforcer son partenariat avec la Russie. Mais au stade actuel, Kinshasa se retient de sortir en public avec le très charmant copain russe pour plusieurs raisons, entre autres le conflit russo-ukrainien, elle qui se dit autant agressée que l’Ukraine.

Lire également Crise rwando-congolaise : L’OIF choisit son camp

A noter que le groupe russe Nordgold, à travers ses deux filiales, la Société des mines de Taparko (Somita) et Bissa Gold est présent depuis beaucouo d’années au Burkina. Elle exploite déjà trois gisements dans le nord du pays, en proie à des violences djihadistes depuis 2015.

Jean Perou Kabouira