Home Sécurité ONU: Lutundula démonte la théorie rwandaise d’un prétendu nettoyage ethnique en RDC

ONU: Lutundula démonte la théorie rwandaise d’un prétendu nettoyage ethnique en RDC

6 min read
0
1

Minorité ethnique, épuration ethnique et génocide font partie des théories avancées ces derniers mois par des lobbies pro Rwanda pour justifier l’agression de la République démocratique du Congo par ce pays. Devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, ce vendredi 9 décembre 2022, le vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala, a démontré que cette théorie évoquée par l’ambassadeur rwandais à l’ONU ne tient pas debout.

L’idée faisait petit à petit son petit chemin et il fallait casser sa progression. C’est désormais chose faite.

Réagissant à l’intervention de l’ambassadeur rwandais aux Nations Unies, le chef de la diplomatie congolaise a d’abord pris le soin d’indiquer que le gouvernement congolais ne soutient pas les FDLR {groupe rebelles rwandais} et que toute information permettant de mettre la main sur les leaders de ce groupe rebelle seront les bienvenues.

S’agissant de la minorité ethnique et du génocide, Christophe Lutundula a démontré que ces concepts ne s’appliquent pas à la RDC.

« Il {ambassadeur rwandais} a parlé ici de minorité ethnique, nettoyage ethnique, génocide. Moi j’ai l’impression que monsieur l’ambassadeur s’est trompé de pays. Minorité ethnique, nous on ne connait pas ça au Congo. Le terme génocide, nous avons appris que ça existe, même chez nous les adultes, qu’à partir de 1994. Ce sont les rwandais qui ont eu un génocide rwandais. Aucun congolais n’a été associé ni de près ni de loin à cette abominable opération, à cette ignominie qui a humilié l’humanité toute entière. Bien au contraire, nous la RDC, nous avons subi les contre coups du génocide. Nos populations en souffrent depuis 23 ans », a-t-il expliqué.

Lire aussi Agression de la RDC: Aux Nations Unies, Félix Tshisekedi accuse le Rwanda de défier la communauté internationale

Le chef de la diplomatie congolaise a pris le soin de souligner qu’à l’époque, les autorités congolaises voulaient refouler les fugitifs rwandais.

« C’est d’ici New York, a-t-il rappelé, qu’on nous a dit non, il faut respecter la convention de Genève de 1951. D’autres pays africains ont refusé, nous on a dit bon, on obéit aux Nations Unies. C’est nous qui payons aujourd’hui le lourd tribut de ces histoires de génocide ».

A l’en croire, « c’est une recette qui ne paie plus et la communauté internationale doit dénoncer cette exploitation tout à fait cynique, cette exploitation éhontée d’un acte humiliant pour l’humanité à laquelle on se livre de l’autre côté de nos frères systématiquement ».

Lire également C’est décidé: Félix Tshisekedi va ordonner l’annulation de l’installation de la commune rurale de Minembwe

Christophe Lutundula a démontré que le génocide n’a rien à voir avec la RDC et que le Rwanda utilise ce prétexte pour d’autres visées.

« Le résultat que l’on cherche actuellement c’est celui-là : provoquer ce type de choses pour dire que voyez ce que nous vous avons dit. Mais ça n’arrivera jamais. Le président Félix Tshisekedi a prêté serment, il l’a dit ici aux Nations Unies. Chez nous il n’y aura ni épuration ethnique, ni quoi que ce soit. Nous prenons de dispositions pour qu’on ne nous importe pas ça », a révélé le vice-premier ministre des Affaires étrangères.

Jean Perou Kabouira