Home Sécurité Procès Mwangachuchu : Le triste constat du ministère public sur la gestion du commissariat provincial de la police Nord-Kivu

Procès Mwangachuchu : Le triste constat du ministère public sur la gestion du commissariat provincial de la police Nord-Kivu

7 min read
0
0

L’audience du mardi 13 juin 2023 dans le procès du député national Édouard Mwangachuchu, à la Haute cour militaire, a permis à l’officier du ministère public d’exprimer son avis sur la gestion du commissariat provincial de la Police nationale congolaise dans le Nord-Kivu. Tirant les conclusions des comparutions d’anciens commissaires provinciaux et du commissaire provincial actuel de la police, il a fait un constat amer.

Intervenant à l’audience du 6 juin, en tant que renseignant, l’ancien commissaire provincial de la PNC au Nord-Kivu de 2013 à 2017, Vital Umiya Awashango, actuellement directeur national des renseignements généraux de la police, a déclaré qu’il n’avait pas su qui avait représenté la Société minière de Bisunzu (SMB) lors de la signature du contrat de gardiennage avec la police et, qu’il avait su que cette société appartient à Mwangachuchu plus tard lors d’un conflit minier avec une coopérative de creuseurs artisanaux (Lire à ce sujet : Affaire Mwangachuchu : Le directeur national des renseignements généraux de la police enfonce le prévenu ).

Trois jours plus tard, le successeur de Vital Umiya à la tête de la police au Nord-Kivu(2017 à 2019), le général Placide Nyembo, a été interrogé sur l’origine des policiers dont les unités de provenance ne sont pas reprises sur les bulletins de service par lui signés.

Il a affirmé que 43 éléments devaient se relayer avec 43 autres alors que le co-prévenu d’Édouard Mwangachuchu, Robert Mushamalirwa, chef de la sécurité de la société SMB au moment des faits, a déclaré qu’après la relève, les autres 43 éléments devaient rester sur place.

Du coup, on se retrouve avec un total de 86 éléments actifs sur ce site minier, le plus grand producteur de coltan en Afrique centrale. (Pour en savoir plus, lire Procès Mwangachuchu : Un flou persiste sur l’origine des policiers commis à la sécurité de la société SMB).

Un commissaire de la PNC qui ignore la provenance des munitions utilisées par ses unités

A son tour, l’actuel commissaire provincial de la police au Nord-Kivu, François Xavier Aban Van, a, dans ses dépositions, dit notamment ne pas savoir où se trouveraient les munitions utilisées par les éléments de la police qui étaient commis à la sécurité de la SMB.

Réaction de l’officier du ministère public :

‘‘Monsieur le premier président, c’est le commissaire provincial de la police à qui on demande la situation des armes de l’unité qui était détachée là bas, dans une unité de la police qui est dans une zone à tumultes. Il vous dit que je ne peux pas vous répondre parce que celui qui est chargé de ce service est malade. Le service public doit fonctionner continuellement. Pour l’armement on dit que celui qui détient la situation est malade à Kinshasa. C’est la légèreté et la négligence qui ont caractérisé la gestion de la police dans le Nord-Kivu et qui ont fait qu’on arrive à cette situation’’. No comment.

Lire également

Élu du territoire de Masisi, Édouard Mwangachuchu est jugé devant la Haute Cour militaire depuis le 28 mars. Il est accusé de trahison, atteinte à la sûreté de l’État, détention illégale d’armes et munitions de guerre, association de malfaiteurs, participation à un mouvement insurrectionnel et incitation à commettre des actes contraires au devoir ou à la discipline ou encore d’avoir formé une milice privée et d’apporter un soutien logistique et financier aux rebelles du M23.

Sa société, SMB, abritant un périmètre de 3000 hectares, connue pour produire la plus grande quantité de coltan en Afrique centrale, est soupçonnée d’avoir été gardée par des milices dont des anciens militaires de nationalité rwandaise.

Jean Perou Kabouira

Dans la même catégorie

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: Constant Mutamba, une consécration largement méritée

Tribune A 36 ans, Constant Mutamba Tungunga a été nommé ministre d’État à la Justice…