Home Politique Présidium de l’Union sacrée: ma famille d’abord?

Présidium de l’Union sacrée: ma famille d’abord?

4 min read
0
1

Réunis vendredi 10 mai 2024, les membres du présidium de l’Union sacrée ont dissipé les malentendus au sujet du partage des responsabilités au sein du bureau définitif de l’Assemblée nationale. Incroyable mais vrai, quatre des six membres du présidium de la famille politique du chef de l’Etat siégeront au bureau de la chambre basse du parlement ou enverront de membres de leurs familles biologiques.

Le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Augustin Kabuya, a réuni ses collègues membres du présidium de l’Union sacrée, Vital Kamerhe, Sama Lukonde, Modeste Bahati, Christophe Mboso et Jean-Pierre Bemba.

A l’issue de cette rencontre, de sources non officielles ont annoncé que le ticket de l’USN au bureau définitif de l’Assemblée nationale a été finalisé.

Sans surprise, Vital Kamerhe, vainqueur des primaires de l’Union sacrée pour la candidature au poste de président du bureau définitif a été maintenu. Jean-Claude Tshilumbayi de l’UDPS sera candidat 1 er vice-président. Battu aux primaires précitées, le président du bureau provisoire, Christophe Mboso a revu ses ambitions à la baisse et sera candidat au poste de deuxième vice-président.

Un Bahati siégera à leur côté. Il ne s’agit pas de Modeste Bahati, mais de son fils biologique Serge Bahati, candidat questeur. Il en est presque de même de Jean-Pierre Bemba, qui sera représenté au bureau de l’Assemblée nationale par sa sœur Bemba, candidate au poste de questeur adjoint.

Caucus des Députés nationaux et Sénateurs du Sankuru: L’imposture des Tartuffes

Après avoir présidé la Commission spéciale chargée de l’élaboration du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, Jacques Ndjoli est candidat rapporteur.

L’ancien vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) aura sans doute un rôle à jouer durant cette 4è législature de la 3è République où des réformes institutionnelles sont attendues.

Seuls Sama Lukonde et Augustin Kabuya ne vont pas siéger au bureau de l’Assemblée nationale. Mais sachant qu’ils ont été élus sénateurs, il faut attendre pour savoir s’ils ne vont pas imiter Vital Kamerhe, Modeste Bahati, Christophe Mboso et Jean-Pierre Bemba.

Anny K.

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le combat de dignité du Dr Denis Mukwege en faveur de la femme congolaise à travers la réparation de la fistule et du prolapsus dans des villages enclavés

Dans les contrées reculées et les villages isolés de la République démocratique du Congo, …