Home Economie Fin de la crise à la MIBA: modification des statuts par les actionnaires

Fin de la crise à la MIBA: modification des statuts par les actionnaires

6 min read
0
0

La crise entre administrateurs et gestionnaires de la Minière de Bakwanga (MIBA) appartient désormais au passé. En exécution des orientations de la haute hiérarchie, les représentants de l’Etat congolais, actionnaire majoritaire et ceux de Asa Ressource Group, actionnaire minoritaire, ont procédé à la modification des statuts de cette société.

C’était au cours d’une l’Assemblée extraordinaire des actionnaires, présidée mercredi 15 mai 2024 par le président du Conseil d’administration de la MIBA, Jean-Charles Okoto.

Scindée partiellement en 2006, la SIBEKA ne faisait plus partie de la MIBA. Elle avait vendu ses parts à UMICORE ABRASIVES, qui à son tour les a revendues à Mwana Africa, qui a changé de nom pour devenir ASA Ressource Group.

Les différents représentants de l’État qui se sont succédés à la MIBA n’ont pas pris le soin de modifier le nom en fonction de différents changements sus évoqués. Ce qui a dernièrement entraîné des malentendus.

En effet, déterminé à donner corps à la volonté du président Félix Tshisekedi de relancer la MIBA, le ministère du Portefeuille a donné des directives éclairées aux membres du Conseil d’administration représentant les deux actionnaires. C’est ainsi qu’à l’Assemblée générale extraordinaire des actionnaires du mercredi 15 mai, les dispositions des statuts qui posaient problème ont été mises à jour.

Le nom de SIBEKA, entreprise dissoute après qu’elle ait vendu ses parts de la MIBA, a été remplacé purement et simplement par ASA Ressource Group, actuel actionnaire minoritaire.

Toutes les parties prenantes ont compris que la dissolution de la SIBEKA en 2023 n’a aucune incidence sur la MIBA.

Ayant représenté le DGA Niu Haoran, représentant de l’actionnaire minoritaire, l’administrateur Cécile Edungu a rendu hommage au chef de l’État pour son attachement au respect des lois et de la Constitution. Elle a lancé un message d’espoir aux agents et cadres de la MIBA.

« Je pense que nous pouvons oublier tout ce qui s’ est passé. Comme on dit, les linges sales se lavent en famille. La population de Mbuji-Mayi doit savoir que nous sommes là. Nous allons tenir notre promesse pour la concrétisation de la vision du chef de l’État en ce qui concerne la relance de la MIBA », a-t-elle déclaré au nom de Asa Ressource Group.

Elle exhorte le personnel de la MIBA à faire confiance aux actionnaires.

« Je pense que nous devons faire confiance aux actionnaires, l’État congolais et ASA Groupe. Ils sont là pour le bien de l’entreprise. Nous devons leur faire confiance. Que ce soit le Conseil d’administration ou les administrateurs», a renchérit Cécile Edungu.

Elle a conclu en déclarant que « Tudi ne bua kutangila kumpala », en français « nous devons regarder vers l’avant ».

A noter que selon le Comité de pilotage de la réforme des entreprises du Portefeuille de l’État(COPIREP), la relance de la MIBA nécessite 450 millions de dollars. Ce, pour commencer à produire plus d’un million de carats de diamants.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le nouveau vice-premier ministre de la Défense salue la bravoure des FARDC face au M23

Dans sa note d’information lors de la première réunion du Conseil des ministres, ten…