Home Sécurité Grand Katanga: l’armée procède à de fouilles systématiques des véhicules et autres engins

Grand Katanga: l’armée procède à de fouilles systématiques des véhicules et autres engins

4 min read
0
1

Dans un communiqué publié lundi 27 mai 2024, le commandant de la 22 ème région militaire, englobant les provinces issues du démembrement de l’ex-Katanga, le général de brigade Eddy Kapend, a annoncé une mesure sécuritaire spéciale dans la zone. Il s’agit de l’installation des barrières.

Situé dans la zone sud-est de la République démocratique du Congo, le Grand Katanga n’est pas épargné par les risques d’insécurité. Pour prévenir toute éventualité, l’armée procède à des fouilles systématiques de tous les véhicules et autres engins dans le but de récupérer d’éventuels effets militaires dont des munitions et équipements, qui tendraient à déstabiliser la région.

Le commandant de la 22 ème région militaire a instruit ses subalternes d’ériger des roadblock sur toutes les issues entrée-sortie des grandes agglomérations de la 22e région militaire entre Lubumbashi-Kolwezi, Kolwezi-Likasi, Kasumbalesa (-) Kalemie (-) Kamina (-).

D’après le général de brigade Eddy Kapend, ces barrières à ériger permettront aux forces armées de contrôler et fouiller tout véhicule, bagages suspects sur moto et vélo. Il interdit en même temps les tracasseries des populations et autres usagers des routes.

Il a donné les consignes ci-après:
« saisir armes, munitions et tout équipement militaire, et interpeller toute personne non autorisée à détenir ces objets ».

Par le passé, le Grand Katanga a fait face à des incursions de Maï-Maï Bakata Katanga. Menés par le chef de guerre Gédéon Kyungu Mutanga, ces miliciens ont causé de déplacements de milliers de personnes, notamment dans une partie de la province du Haut-Katanga.

Traqués par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), ils n’ont plus été signalés depuis plusieurs mois. Mais la menace reste présente.

Aussi, la guerre d’agression rwandaise risquerait de se déporter vers d’autres zones, l’ennemi pouvant être tenté de contraindre l’armée congolaise à disperser ses énergies et ressources en créant d’autres foyers de tension.

Jean Pérou Kabouira

Sécurité : Check-point de la N’Sele à l’entrée de Kinshasa, plutôt un péage !
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le nouveau vice-premier ministre de la Défense salue la bravoure des FARDC face au M23

Dans sa note d’information lors de la première réunion du Conseil des ministres, ten…