Home Politique André Bokundoa : « Le temps est venu pour que nous mettions l’intelligence de notre politique dans l’exploitation adéquate de notre sol »

André Bokundoa : « Le temps est venu pour que nous mettions l’intelligence de notre politique dans l’exploitation adéquate de notre sol »

20 min read
0
0

MOT DU REV. Dr André BOKUNDOA-BO-LIKABE,
PRESIDENT NATIONAL DE L’EGLISE DU CHRIST AU CONGO A L’OCCASION DE LA FÊTE DE NOËL 2020

Mes Bien-aimés dans le Seigneur,
Que la grâce et la paix vous soient accordées de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur.
Nous voici à la fin de l’année 2020, laquelle année restera gravée dans les annales de l’histoire de l’humanité à cause de la pandémie de Covid-19.
Que l’honneur, la gloire et la magnificence soient rendues à l’Eternel Dieu, Maître de temps et de circonstances, pour ses bienfaits envers son peuple.
Mes Bien-aimés dans le Seigneur,
Qu’il me soit permis d’affirmer que 2020 a été une année très difficile tant sur le plan sanitaire que socio-économique et politique.

  • Pour la 1ère fois au 21ème siècle, nous célébrons les festivités de Noël et de bonne année en pleine crise sanitaire de Covid-19 avec beaucoup de restrictions. Nous avons perdu beaucoup d’êtres chers, fauchés par cette maladie. En plus de la mort, la maladie a créé la désolation sur le plan socio-économique en amenuisant le pouvoir d’achat de la population, menant à la faillite, au dépôt du bilan, au chômage forcé et au désespoir.
  • 2020 a été une année marquée par diverses incertitudes politiques. Nous avons assisté à l’appel du Chef de l’Etat aux consultations nationales, à la rupture de la coalition FCC-CACH conduisant à la tentative d’une requalification de la majorité parlementaire sous le label de « l’Union Sacrée pour la Nation » en vue d’un nouveau Gouvernement ainsi que la déchéance du Bureau de l’Assemblée Nationale.
    Dans ce contexte, il se fait observer un dualisme au sein de la classe politique. D’une part, une transhumance politique sans soubassement idéologique et, d’autre part, une volonté politique de vouloir changer le décor de l’architecture institutionnelle actuelle en vue d’aller aux réformes prioritaires.

Ce faisant, certains politiciens ne mesurent pas le niveau de risque auquel le devenir de notre République est exposé. Ils prennent des engagements et des décisions beaucoup plus pour leurs intérêts personnels que ceux du peuple congolais qui continue à croupir dans la misère sans un lendemain meilleur. Des innocents meurent à la suite du comportement des dirigeants (conflit personnel, confiscation de pouvoir pour le pouvoir, alliance sans convictions ni assurances).

  • 2020 a été aussi une année délicate sur le plan de ma propre vie. A cause des ennuis de santé, je suis passé par la vallée de l’ombre de la mort. Pour mieux m’exprimer ici, permettez que je fasse miennes ces paroles du psalmiste qui dit : « Les liens de la mort m’avaient environné, et les angoisses du sépulcre m’avaient saisi; j’étais en proie à la détresse et à la douleur » (Psaume 116 : 3). Oui, j’ai vécu et partagé cette expérience.
    Mes Bien-aimés dans le Seigneur,
    Je voudrais nous dire que même si l’année 2020 a été une année de souffrance et de beaucoup d’incertitude, nous avons le Dieu d’espoir. Oui, malgré les temps difficiles que nous avons traversés et traversons encore, il y a de l’espoir même dans la souffrance.
    Notre foi en Dieu nous oblige de garder espoir car l’espérance triomphe toujours. Nous avons de l’espoir ; et avec tous nos fardeaux, nous nous approchons de Lui avec un cœur sincère et reconnaissant, dans la plénitude de la foi, nos cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. Nous retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle (Hébreux 10 : 23). 
    Avec cette espérance, nous avons l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur (Romains 8 : 38-39).
    C’est pourquoi, même si l’année 2020 a été une année difficile, nous pouvons reconnaitre que nous avons été témoins de l’amour de Dieu.
    Cette reconnaissance de l’amour de Dieu, nous pousse à affirmer deux vérités qui sont à la base de ces paroles de notre témoignage :
  1. L’Eternel est le Dieu de l’espoir 
  2. Christ est celui qui nous apporte la Lumière de Dieu pour nous éclairer.

Mes bien-aimés dans le Seigneur,

  1. L’Eternel est le Dieu de l’espoir :
    Dans l’Evangile selon Matthieu chapitre 2, nous voyons comment Hérode a considéré la naissance de Jésus-Christ comme une menace pour sa royauté. Il a monté le plan inique d’éliminer l’espérance que Dieu a envoyée en massacrant des enfants innocents jusqu’à créer une désolation à Jérusalem.
    Voilà comment l’incertitude peut conduire une Nation à sacrifier ses dignes fils et filles quand les dirigeants ne sont pas éclairés par le Saint-Esprit.

Heureusement, avec Dieu, dans le désespoir peut se lever l’espérance. Raison pour laquelle, l’Evangile selon Luc 2 : 25-32, montre comment Siméon a prophétisé sur le Christ dans le Temple en annonçant le début de l’espérance et de la consolation du Peuple d’Israël. Et parce que Siméon avait vu Christ, il dira qu’il pouvait s’en aller en paix dans l’au-delà car ses yeux avaient vu la consolation d’Israël.

Mes bien-aimés dans le Seigneur,

En dépit des événements douloureux que pourrait connaître un peuple croyant, l’Eternel crée toujours des mécanismes de protection pour ses élus.
N’est-ce pas que l’Eternel a préservé la vie de Jésus en le faisant fuir avec ses parents en Egypte (Matthieu 2 : 13-15) ? De même, Il va aussi sauver l’Eglise à la fin des temps des griffes du dragon (Apocalypse 12 : 13-17).

Oui, même si l’année 2020 a été une année difficile, la foi en Dieu me donne l’espoir et me convainc de déclarer que de toutes manières, l’Eternel Dieu va nous sauver de la Covid-19 et de ses effets collatéraux. Il va nous épargner des politiciens véreux, cupides et égoïstes qui ne travaillent que pour leurs ventres et va susciter à l’instar de Christ, des hommes et des femmes qui viendront redorer le blason terni de notre nation et redonner espoir à sa population.
Ainsi, nous bâtirons un pays plus beau qu’avant et nous assurerons la grandeur de la République Démocratique du Congo.

  1. Christ est celui qui nous apporte la Lumière de Dieu qui nous éclaire. Avec Lui, nous passons des ténèbres à la lumière.
    Mes bien-aimés dans le Seigneur,
    La venue de Christ apporte la lumière là où régnaient les ténèbres. De la même manière la prophétie d’Ésaïe déclare que : « Le peuple qui vivait dans les ténèbres a vu une grande lumière…. » (Esaïe 9 :1), de la même manière aussi le peuple congolais qui marche dans les ténèbres de l’incertitude, de l’angoisse, de la souffrance est appelé à voir Christ la Lumière du monde, et à se mettre en marche pour la conquête de son bonheur.
    Il est temps que le peuple congolais vive cette déclaration du prophète Ésaïe qui dit: « les ténèbres ne régneront pas toujours » (Esaïe 8 :23) et ce, dans tous les domaines de la vie nationale. 
    Le temps est venu pour concrétiser ces mots de notre hymne national qui nous disent : « Debout Congolais, […] Dressons nos fronts longtemps courbés et pour de bon, prenons le plus bel élan dans la paix » !
    Le temps est arrivé pour que le peuple congolais appuie sur le bouton de l’ascenseur s’il veut prendre de la hauteur. Car nous avons trop trainé là où nous sommes jusqu’à nous y accommoder.
    Le temps est venu pour que nous mettions l’intelligence de notre politique dans l’exploitation adéquate de notre sol. Dieu qui nous a bénis en nous donnant la terre, s’étonne de voir que notre peuple meurt de faim. Il n’y a aucune politique agricole claire dans notre pays. Au Congo, s’il y a plus d’écoles et d’universités pour d’autres domaines de la vie, il n’y a malheureusement pas assez d’écoles et d’universités qui forment notre jeunesse dans le domaine de l’exploitation et de la mise en valeur de la terre.
    Nous avons l’obligation d’apprendre à chaque génération comment cultiver la terre afin de vivre l’autosuffisance alimentaire dans notre pays.

Le temps est venu pour qu’une vraie révolution s’impose sur le plan de la mentalité, de la bonne gouvernance, de la lutte contre l’impunité, la corruption et la loi du moindre  effort ; le travail bien fait, l’amélioration des infrastructures de communication, l’accès à l’eau, l’électricité, les soins de santé, l’éducation, l’alimentation, le travail, le développement durable, etc. sont autant des défis à relever si nous voulons que notre futur soit meilleur que notre passé ainsi que notre présent. 
Je termine ce mot en exprimant une fois de plus ma reconnaissance à l’Eternel pour m’avoir secouru dans ma santé et remercie tous ceux qui ont contribué tant sur le plan spirituel, matériel que financier pour mes soins. Soyez tous et toutes richement bénis.
Debout Congolais pour un Congo plus beau qu’avant. 
Debout sainte cohorte, soldats du Roi des rois, unis dans l’intercession jusqu’à ce que le salut de la  République Démocratique du Congo paraisse comme l’aurore et sa délivrance, comme un flambeau qui s’allume.

Mes vœux les meilleurs de santé, prospérité et longévité pour Noël et bonne année 2021.
Daigne Dieu tourner sa face et combler chacun et chacune de vous de ses bontés inépuisables.
Que l’Eternel bénisse l’Eglise du Christ au Congo.
Puisse le Seigneur bénir la République Démocratique du Congo.
Je vous remercie.
RÉVÉREND DR ANDRÉ BOKUNDOA-BO-LIKABE
PRÉSIDENT NATIONAL DE L’ECC

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Candidat à la questure du Sénat : Dieudonné Fikiri, le profil qui déclasse ses adversaires

Après la publication de la liste définitive des candidats retenus pour les élections des m…