Home Politique Transco: Humilié, Chérubin Okende menace de licencier massivement les grévistes

Transco: Humilié, Chérubin Okende menace de licencier massivement les grévistes

6 min read
0
0

Le ministre des Transports, Voies de Communication et du Désenclavement, Chérubin Okende n’oubliera pas de sitôt l’humiliation qu’il a subie, ce lundi 2 août 2021. Sa visite au dépôt 2 de la société des Transports au Congo (Transco) de Limete s’est soldée par des escarmouches verbales avec des agents qui n’ont pas été satisfaits de ses propositions en vue de la levée de la grève. Emporté par la colère et sentant son autorité bafouée, il a brandi la menace de licenciements abusifs.

C’est ce qu’on appelle en Lingala « Moto na pasi ozobakisela ye pasi » (en français, en rajouter de la souffrance à un misérable).

Trois jours après avoir suspendu de leurs fonctions, les membres du Conseil d’Administration et de la Direction Générale de Transco et annoncé la mise en place d’une commission d’enquête, le ministre des Transports, Voies de Communication et du Désenclavement n’a toujours pas réussi à convaincre les agents en grève à reprendre le travail.

S’il espérait bien gagner la bataille ce lundi, il devra revoir ses stratégies et peut être, prendre beaucoup d’eau pour se calmer avant de remettre ses pieds au dépôt 2 Limete où les grévistes manifestent chaque jour.

Illustration ph.d.t

Pour cause, l’opportunité de sa visite a été contestée par plusieurs agents qui n’ont pas apprécié son discours, estimant qu’il n’était pas convainquant.

En effet, après avoir bien entamé son discours en décrivant la situation catastrophique de l’entreprise, la salve d’applaudissements qui résonnait a cédé place à une pluie de cris de contestation.

Selon un témoin, voulant calmer l’assistance, Chéribun Okende a haussé le ton, ce qui a irrité ses auditeurs. Ces derniers l’ont à leur tour hué, ce qui a mis le ministre des Transports, Voies de Communication et du Désenclavement dans tous ses états.

Il a ensuite brandi la menace de licenciements massifs au cas où les agents de Transco ne reprendraient pas le travail conformément à son instruction. Ce, en attendant qu’il trouve une solution pour payer les arriérés des salaires.

Non satisfaits, des grévistes ont entonné de chansons hostiles à Chérubin Okende que la rédaction de votre média en ligne a décidé de ne pas reprendre pour de raison de moralité.

Signe que la confiance entre ce Warrior et les agents de Transco est rompue, même sa promesse de nomination de nouveaux mandataires et ses critiques sur le Directeur Général suspendu, Bongi Blackson, n’ont séduit personne.

Plus grave, certains agents ont de loin crié à l’attention de Chérubin Okende qu’ils sont déterminés à passer nuit dehors comme il l’avait fait quand il avait été invalidé comme député national.

Finalement, le ministre des Transports, Voies de Communication et du Désenclavement est rentré dans son cabinet, tristement sans avoir réussi à obtenir la levée de la grève. Ainsi ce sera passé le huitième jour sans un seul bus Transco en circulation à Kinshasa.

Jean Pérou Kabouira

Pour comprendre ce qui se passe réellement à Transco, lire l’article

La faillite guette TRANSCO : Le gouvernement Sama Lukonde appelé urgemment à la rescousse

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…