Home Politique RDC: Olivier Manzila redore l’image de l’Ogefrem et de ses agents

RDC: Olivier Manzila redore l’image de l’Ogefrem et de ses agents

11 min read
0
0

Regard rétro et introspectif sur l’Ogerfem

Par Martin Kilabi Kapata, libre analyste

LE DG a.i OLIVIER MANZILA REDORE L’IMAGE DE CET OFFICE ET SES AGENTS

En dépit de la pandémie de Covid19, qui semble s’éterniser avec son lot de variants successifs, à n’en plus finir, et qui oblige à notre corps défendant, à modifier ses modes de vie, le Directeur Général a.i de L’OGEFREM, Mr Olivier MANZILA MUTALA gagne son pari. Cet Ancien des arcanes de l’OGEFREM s’évertue à donner du sourire à ses Agents et assurer le bon fonctionnement de l’Officepar une gestion satisfaisante. Créé par l’ordonnance No80/256 du 12 novembre 1980, L’OGEFREM n’a jamais connu, par son fonctionnement, une période aussi reluisante et une gestion orthodoxe et assainie comme celles actuelles. Tenons-le pour dit, l’actuel DG a.i de cet Office de Gestion du Fret Multimodal, Mr Olivier MANZILA MUTALA, jette des véritables jalons devant redynamiser et sous-tendre cet Office, transformé en Établissement public par le Décret No9/63 du 03 déc 2009, conformément aux recommandations issues du Consensus de Washington, signé le 28 septembre 1995, entre l’UCCA et la Banque Mondiale.

Charnière positive après Patient SAÏBA

Nonobstant la grisaille morose que l’on a observée à la tête de l’OGEFREM, quelques années passées, l’Homme aux dimensions intellectuelles alertes et souples, bougent résolument les lignes à la tête de cet Office. Il se comporte, d’ores et déjà, en bon Fil conducteur et Admirateur de la bonne gestion.

OGEFREM et ses Indicateurs perceptibles et satisfaisants

D’entrée de jeu, après la mise à l’écart du désormais ex DG Patient SAÏBA, le DG a.i Olivier MANZILA a réalisé et continue de réaliser moult prouesses incontournables et incontestables: À en croire certaines langues averties et franches des méandres de l’OGEFREM ; après SAÏBA :

1.Les Agents de L’OGEFREM commencent à percevoir régulièrement leurs salaires et sous bonne date. L’exemple le plus éloquent, le salaire du mois de janvier 2022 est déjà payé depuis le 18. Applaudissements frénétiques à l’endroit du Battant-Innovateur MANZILA.

  1. Au sein de l’OGEFREM, personne alors ne parle des arriérées de salaire page tournée ;
  2. Pince sans rire, l’on y observe sans ambages, un climat social satisfaisant et convivial, propice au bon fonctionnement et résultante de sa gestion efficiente;
  3. De la Régularité et la fidélité éprouvées autour du paiement des frais sociaux, tout est au point ;
  4. De l’atmosphère reluisante, L’OGEFREM ne recourt plus aux pratiques des découverts bancaires compromettants à caractère coûteux, vis à vis des banques commerciales.

En clair, L’OGEFREM supporte seul toutes les charges par sa trésorerie propre qui l’aurait cru ?

6.Bonne nouvelle, le coût exorbitant des divers services bancaires sont soumis à la réduction de 3/4 et la trésorerie complétement assainie, augure pleine confiance vis à vis de l’État congolais et des agents; l’IGF confirme cet état des choses.

  1. Sans doute, l’Office redevient une pyramide redorée, grâce à la perspicacité du DG a.i Olivier MANZILA M. Ces prouesses se réalisent en un temps record et ce, avec l’accompagnement, la complicité et l’oeil vigilant de l’équipe de l’IGF, qui assure la permanence à L’OGEFREM. Plus encourageant en outre, delà, nous apprenons que seules les dépenses liées à la gestion courante et les charges du personnel sont engagées. Somme toute, les Laboratoires obscures, doués aux diatribes infondés, dont les Maîtres à pensée sont en mal de positionnement, n’ont plus raison donc à tirer à boulets rouges sur celui qui redresse, avec orthodoxie et bonne gouvernance, L’OGEFREM.

D’après différentes sources concordantes contactées par des fins d’archivage, auprès de cet Office, il se dégage un constat concerté. Mr Olivier MANZILA, l’actuel DG a.i imprime, jour après jour, une gestion satisfaisante à la tête de L’OGEFREM et au grand dam des Agents et Partenaires. En socle, les signes perceptibles sont là, vaillamment soutenus.

À mes yeux, la bonne gestion signée Olivier MANZILA était la condition sine qua non pour atteindre les objectifs nobles que s’était assigné cet Office, véritable poumon de ventilation de l’économie congolaise.

Après 42 ans de son existence, seul Mr Olivier MANZILA bouge les lignes devant booster positivement les activités de L’OGEFREM, ont affirmé ces Agents mains sur la poitrine.

Dans peu de temps : construction du Port Sec de Kasumbalesa

Sous sa Direction, bientôt le lancement des travaux au Port Sec de Kasumbalesa. L’Avis de Non Objection (ANO) est déjà obtenu. Il n’en reste que les petites formalités administratives pour lancer officiellement les travaux dudit Port.
J’ose croire que la multitude de mandats de comparution ou invitations lancées par différentes instances judiciaires contre le Battant-Fil Conducteur Olivier MANZILA, l’accusant à tort, n’ont plus leur raison d’être. Les chantages, les mensonges cousus à fil blanc et les manœuvres de l’obscurantisme deviennent stériles et inertes devant les capacités managériales manifestes de l’Homme-MANZILA. Bien au contraire, ce Directeur Général doit être primé par le Gouvernement congolais suite à sa touche éclairée à la tête de L’OGEFREM. Le contraire ne sera pas divin. À l’heure actuelle, aucun élément perturbateur ne s’y observe. L’ensemble d’Agents ne jure qu’à sa confirmation à la tête de L’OGEFREM. 42 ans après, l’OGEFREM vibre aujourd’hui au rythme de la bonne gouvernance. O.MANZILA, bel exemple à suivre. À suivre.

Martin KILABI KAPATA

Libre Analyste