Home Politique Marie-Josée IFOKU: « Je me suis levée contre la misère du peuple congolais devenue insupportable»

Marie-Josée IFOKU: « Je me suis levée contre la misère du peuple congolais devenue insupportable»

8 min read
0
0

Après la validation de sa candidature à l’élection présidentielle par la Cour Constitutionnelle, Marie-Josée Ifoku a donné sa première conférence de presse dans sa résidence située à Ma campagne, hier mardi 4 septembre 2018. Elle a d’entrée de jeu exprimé sa satisfaction et reproché à la Commission Électorale Nationale Indépendante(CENI) de l’avoir recalée avec autant de légèreté de la cours à la présidentielle.

Elle a indiqué qu’elle a abandonné ses différents postes pour pouvoir voler au secours de la population congolaise en situation de vie inacceptable.

Ancienne gouverneure de la province de la Tshoapa, Évangéliste engagée, Marie-Josée IFOKU a également occupé les fonctions de directrice générale de Congo motors.

La présidente du parti politique «Alliance des élites pour un Congo Nouveau» (AéNC), une formation du centre à tendance opposition voit dans sa réhabilitation la victoire du combat du peuple. «Ma validation par la Cour Constitutionnelle est une victoire pour le peuple congolais», a-t-elle déclaré.

La seule femme candidate présidente de la république a annoncé la tenue, la semaine prochaine, d’un point de presse pour présenter son programme d’action pour un Congo prospère. Ce, en remplacement à celui où les hommes ont échoué durant 58 ans.
Patrick LOKALA

A lire quelques extraits de la communication de Marie-Josée IFOKU

Comme vous le savez depuis la cour constitutionnelle a rendu son arrêt et je tiens sincèrement à féliciter la haute cour de m’avoir réhabilité dans mes droits.

Pour mémoire, je l’avais dit au par avant que j’avais déposé mon dossier de candidature à l’élection présidentielle le 8 août 2018 et il était complet. Mais je ‘ai pas compris comment j’étais recalée de la course sans que la CENI ne puisse prêter attention à tous les éléments qui composaient mon dossier. Et sachant que cette fameuse nationalité canadienne à laquelle j’avais déjà renoncé il y a plusieurs années et que j’avais fait des démarches pour pouvoir recouvrer ma nationalité congolaise d’origine. Je voudrais juste rassurer à notre opinion et c’est de manière définitive que je suis née de père et de mère congolais ici à Kinshasa au clinique Ngaliema. Mais à certaine époque j’avais perdu cette nationalité pour plusieurs raisons. A un autre moment j’ai décidé de rentrer en RDC parce que je n’acceptais pas la vie que je menais en occident. Dès mon retour au Congo j’ai recouvré ma nationalité d’origine à travers non seulement les démarches administratives mais aussi juridiques. J’ai pu obtenir du ministère de la justice le certificat de nationalité et un arrêt du ministre de tutelle où il est écrit noire sur blanc que Marie-Josée IFOKU a recouvré sa nationalité d’origine. Tous ses éléments y figuraient dans le dossier déposé à la CENI. Pourquoi cette dernière avait traité mon dossier avec autant de légèretés? Heureusement pour moi que j’ai été réhabilité par la cour constitutionnelle dans mes droits. Je m’en facilite.

Pourquoi je veux devenir président de la république?
J’ai décidé d’entrer en politique pour faire entendre ma voix celle des millions de congolais qui vivent dans la misère. C’est une des raisons principale qui m’a pousser de quitter Congo Motors où j’étais la Directrice Général parce que pour moi dans la vie, c’est important de vivre pour les autres on ne peut pas vivre que pour soi et mon désire était de vivre pour la population congolaise.

Bref, la validation de ma candidature à l’élection présidentielle est une victoire pour le peuple congolais parce qu’en mère je suis la seule personne qui comprend mieux la souffrance des congolais et la seule avoir la solution aux problèmes auxquels ils ont confronté à ces jours. Je dis parce que les hommes ont montré leurs limites 58 ans après notre indépendance.

Ça suffi! Comment comprendre que dans l’Est de la RDC les femmes sont violées à toutes les minutes, les gens meurent à tout moment et qu’ici à Kinshasa la vie semble être normale. Trop c’est trop

Charger plus d'articles connexes
Load More By Patrick Lokala
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Christelle Vuanga : «Le gouvernement de la RDC devrait encourager les entreprises qui engagent les personnes handicapées»

L’Assemblée nationale a déclaré, au cours de la séance plénière du vendredi 29 mai 2…