Home Politique Identification de la population : Dominique Migisha a-t-il repris le combat de Ruberwa ?

Identification de la population : Dominique Migisha a-t-il repris le combat de Ruberwa ?

8 min read
0
0

L’opinion a encore en mémoire la bataille déclenchée par le ministère de la Décentralisation, dirigé par Azarias Ruberwa, pour avoir la mainmise sur l’identification de la population congolaise. La question avait soulevé un tel tollé que lors des consultations présidentielles, certaines personnalités consultées avaient carrément demandé la suppression pure et simple de ce ministère.

La Décentralisation est maintenant un sous secteur de la Vice-primature de l’intérieur et sécurité. Ce portefeuille problématique a été supprimé, du moins dans sa dénomination d’antan.
Ruberwa débarqué du gouvernement, certains collaborateurs du Président de la République sont suspectés de vouloir marcher sur ses traces, en ce qui concerne la gestion de la question de l’identification de la population.

La volonté du dernier ministre de la Décentralisation de contrôler les opérations d’identification ou recensement de la population avait soulevé beaucoup d’interrogations.
Juriste de formation, Azarias Ruberwa ne pouvait pas ignorer que les compétences sont d’attributions et que l’Ordonnance n° 20/017 du 27 mars 2020 fixant les attributions des Ministères, donnait cette mission au Ministère de l’intérieur.
Une certaine opinion estimait qu’il ne fallait pas prendre le risque d’attribuer la nationalité congolaise de façon fantaisiste.

Heureusement que son ambition avait vite été arrêtée par le Conseil d’Etat.

Malheureusement, malgré la mise à l’écart d’Azarias Ruberwa, force est de constater que le combat qu’on lui attribuait semble se poursuivre sous une autre forme.
Hasard ou un plan conçu depuis longtemps, ce sont les originaires de la même contrée que l’ancien Vice-président de la République qui prennent de nouveau le devant, pratiquement avec les mêmes méthodes.

Dominique Migisha, Conseiller Spécial du Chef de l’État en charge du Numérique semble avoir repris le flambeau. Exactement comme Azarias Ruberwa, qui se battait pour arracher une des compétences du Ministère de l’Intérieur, il est accusé d’avoir entrepris une démarche tendant à vider l’Office National d’Identification de la Population (ONIP) des missions qui lui ont été attribuées par le Décret 048/11 du 3 décembre 2011.

Pour rappel, avec la complicité du Vice-premier ministre sortant de l’Intérieur, Gilbert Kakonde, le Conseil des Ministres avait adhéré à l’idée de la création du Système National d’Identification Digitale(SNID). Celui-ci était initialement déclaré comme une structure d’études pour permettre à l’ONIP de bien faire son travail. Aujourd’hui, tout est à découvert.

Alternance.CD apprend qu’au cours d’une réunion du SNID organisée récemment, les participants aurait évité de justesse de se mettre dans la merde. Ils se seraient retrouvés devant une série de documents qu’on leur aurait demandé de signer et de valider, séance tenante sans les avoir lus au préalable.

Heureusement que le bon sens a prévalu et à la grande déception des organisateurs de ce coup fourré, pratiquement tout le monde aurait demandé de s’imprégner d’abord de la substance avant une éventuelle signature.

Certains experts disent avoir été choqués de constater que, par un tour de passe-passe, ces documents attribuaient les missions de l’ONIP au SNID. L’objectif était de placer le nouveau titulaire du ministère de l’intérieur devant un fait accompli.

L’Office National d’Identification de la Population a été créé il y a une dizaine d’années. Presque personne ne voulait en attendre parle. Mais depuis que l’ONIP a annoncé il y a quelques mois son plan opérationnel chiffré à 350 millions de dollars américains, les lignes ont bougé. Il est devenu l’enjeu de tous les vautours.

Lire aussi

Identification et rencensement de la population en RDC: Un conseiller de Fatshi entretient la confusion avec un cabinet maffieux

Par ailleurs, l’identification de la population et la constitution du fichier général de la population offrent des avantages qui bénéficieront à presque tous les secteurs de la vie nationale.
Ne serait-il pas temps que l’ONIP recourt au Conseil d’État pour trancher définitivement cette question d’attribution de compétences et d’arrêter cet élan, un peu comme il avait stoppé net Azarias Ruberwa en son temps?

Godé K.

Dans la même catégorie

Recensement de la population : Entre spéculations et manipulation, voici la vérité

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Éclatement de l’UNC: Baudouin Mayo va-t-il achever ce que Vital Kamerhe a entamé?

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) traverse une trouble crise. Se battant pour …