Home Politique Candidat à la présidentielle de 2023 : Moïse Katumbi, général sans armée ?

Candidat à la présidentielle de 2023 : Moïse Katumbi, général sans armée ?

8 min read
0
0

Il est jusqu’à la preuve du contraire membre de l’Union sacrée de la Nation. Mais sans l’ombre d’aucun doute, Moïse Katumbi se prépare sérieusement pour se porter candidat à l’élection présidentielle de 2023. En face de lui, il y aura sans doute le président sortant, Félix Tshisekedi Tshilombo, candidat déclaré à sa propre succession.

Tshisekedi semble damer des pions à Moïse Katumbi, avec notamment le ralliement de la quasi-totalité des membres du gouvernement issus de son regroupement politique, qui ne peuvent que, s’ils sont logiques avec eux-mêmes, battre campagne pour lui et défendre le bilan de leur gestion.

A une année et demi de la tenue des prochaines élections générales, le camp politique de l’ancien gouverneur de l’ex province du Katanga se délite. Même si la rupture n’a pas été brutale, tous les signaux indiquent que le courant passe mal entre Moïse Katumbi et presque tous les ministres issus de Ensemble pour le changement, du moins pour ce qui est de soutenir sa probable candidature à la magistrature suprême.

Lire aussi Candidature unique de l’opposition: le trio Muzito-Fayulu et Matungulu pour départager Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe?

En effet, si Chérubin Okende, ministre des Transports, Voies de Communication et Désenclavement a pris part au lancement officiel de Ensemble pour la République à Kisangani, rien n’indique qu’il serait prêt à dire non à Félix Tshisekedi si ce dernier lui demande de soutenir sa candidature en 2023.

Ses collègues Modeste Mutinga et Christophe Lutundula ont eux, clairement annoncé qu’ils ne sont pas contre un second mandat pour Fatshi.

« Le PDG, mon parti et moi-même sommes foncièrement convaincus qu’avec Félix Tshisekedi à l’issue des élections de 2023, la RDC, notre pays, connaîtra une embellie spectaculaire en Afrique et à travers le monde. D’où notre soutien à sa candidature », peut-on lire sur le compte Twitter Officiel du ministre de la solidarité nationale et actions humanitaires.

Christophe Lutundula a fait son choix

Le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères a, quant à lui , clairement pris position pour la continuité et la poursuite de l’œuvre entamée en 2019 par le fils de feu Étienne Tshisekedi.

« Je travaille aux côtés du Président Tshisekedi. Le bilan du gouvernement est aussi le mien. Il est aberant que l’actuel Chef de l’Etat ne continue pas pour un deuxième mandat », a déclaré Christophe Lutundula sur RFI.

Il a poursuivi qu’ « il {ndlr le Président Félix Tshisekedi} doit continuer pour poursuivre ce travail, mais surtout, pour accomplir son projet, après déminage…»

Comme pour éviter tout équivoque, le chef de la diplomatie congolaise a expliqué que Moïse Katumbi sait qu’il travaille aux côtés du Chef de l’Etat et a dit ne pas savoir si le leader de Ensemble sera candidat en 2023.

« Mais, a insisté le VPM des Affaires étrangères, je l’ai déjà dit, le président Félix Tshisekedi a droit à un second mandat, c’est constitutionnel ».

Ce, avant de renchérir qu’il travaille pour la réussite de ce gouvernement.

Par ailleurs, il nous revient d’apprendre qu’un autre membre du gouvernement issu de Ensemble, en l’occurrence le ministre de l’ESU Muhindo Nzangi, aurait choisi de soutenir lui aussi Félix Tshisekedi Tshilombo en 2023.

Entre temps, une quarantaine de députés nationaux de Ensemble avaient menacé de désavouer Moïse Katumbi au cas où il mettait en exécution ses menaces de quitter l’Union sacrée.

C’est dire qu’à l’allure où vont les choses, Moïse Katumbi est en train de perdre de poids lourds de son camp politique. Et, même s’il peut se consoler à l’idée que son tout nouveau parti, Ensemble pour la République, serait implanté dans une bonne partie du pays d’ici 2023, rien n’indique qu’il aura des cadres capables de palier au probable départ de grands noms susmentionnés.

Toutefois, rien ne semble être définitif, encore qu’en politique, tout peut arriver.

Jean Pérou Kabouira