Home Politique Opérations conjointes FARDC et armée Ougandaise : Christophe Lutundula mobilise la communauté internationale

Opérations conjointes FARDC et armée Ougandaise : Christophe Lutundula mobilise la communauté internationale

11 min read
0
0

Les opérations militaires conjointes lancées le 30 novembre dernier par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et l’armée ougandaise( UPDF, Uganda People’s Defence Force) pour neutraliser les groupes armés et les terroristes opérant dans l’Est du pays, ne constituent nullement pas une aliénation de souveraineté de la RDC. Au contraire, il s’agit d’une légitime défense face à une menace sérieuse à la paix et à la sécurité non seulement de ces deux pays mais aussi de celles de l’ensemble de la communauté internationale.

C’est pour ces raisons et d’autres que le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala, a réuni, ce jeudi 9 décembre 2021, les ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques, postes consulaires et représentants des organisations internationales accrédités à Kinshasa. Objectif : solliciter l’accompagnement de tous les partenaires et amis de la République Démocratique du Congo aux opérations militaires conjointes en cours.

Dans sa communication, il a tenu à rassurer la communauté internationale que la République Démocratique du Congo est et demeurera une terre d’hospitalité, d’opportunités et d’avenir pour tous ceux qui désirent y vivre ou y investir, dans le respect de ses lois et des règles qui régissent les relations internationales.

Face à une menace commune, des stratégies communes

Le Chef de la diplomatie congolaise a passé en revue les accords multilatéraux et bilatéraux que la RDC a signés aussi bien au niveau de la sous-région des Grands-Lacs qu’avec le Burundi, l’Ouganda et le Rwanda.
Il s’agit entre autres du « Pacte de non-agression de Nairobi » signé en décembre 2006; l’accord-cadre pour la paix; la sécurité et la coopération pour la RDC et la région ; la recommandation b de la réunion virtuelle des ministres de la défense de la CIRGL du 14 octobre 2020 à Brazzaville et de quatre accords signés avec l’Ouganda, dont le mémorandum sur la coopération en matière de défense, du 23 octobre 2021.

Ces accords, a précisé Christophe Lutundula, reposent sur les idéaux de paix, de stabilité, de sécurité mutuelle et de solidarité.

« Tous les instruments juridiques sus-évoqués sont tellement clairs qu’ils n’autorisent aucune interprétation particulière, sauf à vouloir leur donner un contenu différent et une application à géométrie variable que rien d’objectif ne justifie dans le cas d’espèce », a-t-il rassuré.

Le Vice-premier ministre des Affaires étrangères a expliqué que les attentats à la bombe qui ont secoué la ville de Kampala, en Ouganda, le 16 novembre dernier, ont prouvé la réalité de la présence des terroristes dans l’espace géographique partagé par l’Ouganda et la RDC.

« A l’évidence, ces attentats terroristes combinés avec l’activisme accru des groupes armés en Ituri et dans le Nord-Kivu parmi lesquels les ADF MTN, ont créé les conditions objectives de mise en œuvre des dispositions des Accords et mémorandums que je viens de rappeler par la RDC et l’Ouganda face à une menace grave et à un ennemi commun. IA{Ndrl État islamique} à l’évidence, il n’y a nulle part matière ni aliénation de souveraineté de la RDC ni à reproduction de l’histoire des rébellions des années 90 », a-t-il fait savoir.

Respect strict des droits de l’Homme

Le chef de la diplomatie congolaise a insisté sur le fait que ces opérations ciblées et concertées « visent uniquement, sinon à éradiquer les ADF MTM, les autres forces négatives et le terrorisme qui menacent la paix et la stabilité dans les deux pays, du moins, à réduire au maximum leurs capacités de nuisance ».

Dans la foulée, Lutundula a soutenu que les gouvernements des deux pays veilleront au respect strict des droits de l’Homme et à la protection des populations civiles et que les dispositions quant à ce sont prises.

« C’est ici le lieu, a-t-il dit, de se féliciter de la signature, le mardi 07 décembre en cours, par les FARDC et la MONUSCO de la directive générale sur les opérations actuelles permettant à cette dernière de passer de l’attitude d’observation à celle de combat ».

Et d’ajouter ce qui suit:
« Comme vous pouvez vous en apercevoir, les actions concertées de l’Ouganda et la RDC à l’Est de notre pays obéissent à la même logique de mutualisation des ressources pour combattre un ennemi commun et pour la sécurité mutuelle que celle adoptée notamment par les pays du G5 Sahel et ceux du bassin du Lac Tchad contre Boko-Haram ».

Le Vice-premier ministre des Affaires étrangères a, au nom du gouvernement de la République, déclaré que « la République Démocratique du Congo appelle la communauté internationale à les encourager et à les soutenir activement ».

Par ailleurs, Christophe Lutundula a poursuivi que pour le peuple congolais, la fin de l’insécurité et la restauration de l’autorité de l’Etat à l’Est de la RDC sont capitales non seulement puisqu’il y va de la survie de la Nation, mais aussi puisque le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo, tient à réunir toutes les conditions nécessaires à la réalisation du programme du gouvernement, à l’instauration de l’Etat de droit, à l’amélioration du climat des affaires et l’émergence d’un climat sécurisant pour tous aux échéances électorales de 2023.

« Dans le combat pour atteindre ces objectifs, la RDC n’entend point évoluer en solo. Que du contraire. Elle compte sur l’accompagnement de tous ses amis et partenaires au développement », a conclu Christophe Lutundula Apala Pen’Apala.

ALT.

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Opposé à la fragilisation du contrôle au sein de l’État : L’ODEP en croisade contre la campagne anti-IGF

L’Observatoire de la dépense publique (ODEP) a dans un communiqué publié jeudi 22 fé…