Home Politique Primature: Bruno Tshibala rattrapé par ses vieux démons du désordre

Primature: Bruno Tshibala rattrapé par ses vieux démons du désordre

5 min read
0
0

Au cabinet du Premier Ministre, les têtes changent mais pas les habitudes. On croyait qu’avec la nomination d’un nouveau directeur de cabinet, l’ordre allait régner mais que des espoirs déçus! Plus d’un mois après l’arrivée de Jean Félix Kamanda Dibwe, les vieux démons du désordre refont surface et il est devenu difficile de savoir qui décide quoi et quand comme en témoigne l’incident survenu tard dans la soirée du mardi 22 mai 2018 à la Primature.

Convoqués pour couvrir un point de presse du Premier Ministre Bruno Tshibala, des journalistes sont rentrés dans leurs rédactions avec des papiers vides. Non pas parce que l’événement a été annulé. Mais à cause du désordre et de la désorganisation qui caractérisent les collaborateurs du Chef du Gouvernement, notamment les chargés de communication et de presse. Pour cause, après l’enregistrement du jeu de questions et réponses au jardin des premiers, il a été décidé à la dernière minute qu’il faut visualiser d’abord la cassette et la travailler avant de la publier. Et, alors que les organes de presse invités attendaient les images, Jean Marie Kassamba qui se fait passer pour le chargé de communication de la primature aurait annoncé l’organisation d’un autre point de presse ce mercredi 23 mai pour de raisons ignorées par d’autres collaborateurs à l’instar d’une certaine Annie qui affirme avoir reçu l’autorisation de l’ « autorité ». Cet avant-midi, il était impossible de savoir si ce point de presse aura lieu ou non.

Après la désacralisation, place au sabotage de la primature

Ce fait qui peut paraitre banal témoigne du désordre qui règne à la primature, un endroit hautement symbolique. Ce, dans un contexte marqué par la publication ces derniers jours, sur les réseaux sociaux, d’une série des lettres portant la signature du Premier ministre, adressées à certains de ses ministres. Les commentaires suscités par l’une de ces correspondances à cause d’une erreur grotesque qu’elle contenait ont fait réagir le cabinet de Bruno Tshibala, qui a dénoncé un sabotage et une campagne d’intoxication de l’opinion.

Là aussi, le cabinet du Premier ministre s’est montré désordonné car, plusieurs versions dudit démenti ont été publiées sans qu’on sache laquelle était originale. D’autre part, les proches de l’ancien proche d’Etienne Tshisekedi n’ont pas démontré à l’opinion comment un groupe d’individus pouvait-il falsifier impunément la signature du Premier ministre ni ce qui a été fait pour mettre fin à cette contrebande présumée. Pour une certaine opinion, ces désordres qui se poursuivent après la désacralisation de la primature par une bagarre entre des proches de Tshibala constituent un dernier acte du sabotage du lieu de travail du Chef du Gouvernement.

JPK

Charger plus d'articles connexes
Load More By Patrick Lokala
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Christelle Vuanga : «Le gouvernement de la RDC devrait encourager les entreprises qui engagent les personnes handicapées»

L’Assemblée nationale a déclaré, au cours de la séance plénière du vendredi 29 mai 2…