Home Politique Mines: Le SG Joseph Ikoli démonte avec des arguments à béton le faux scandale d’affectation des 4000 agents

Mines: Le SG Joseph Ikoli démonte avec des arguments à béton le faux scandale d’affectation des 4000 agents

14 min read
0
1

Au cours d’un point de presse tenu à Kinshasa en présence du Directeur administratif et financier, Directeur chef des Services ainsi que des membres de la Délégation syndicale, le Secrétaire Général aux Mines, Joseph Ikoli, a fait une mise au point cinglante au sujet des allégations portées contre lui dans une certaine presse.

Il a dénoncé une campagne menée depuis quelques jours par des médias en quête du sensationnel, qui ont cru bien faire en relayant à forte dose une Fake news publiée en ligne par une certaine Charlie Lula Made sous le titre “Scandale aux ministère des Mines”. Il a nié en bloc les accusations du recrutement et d’affectation des 4000 fausses nouvelles unités sur base d’un arrêté ministériel caduque en sacrifiant les véritables Nouvelles unités.

« L’auteur, s’est désolé le SG Ikoli, avoue que cette opération est entreprise sur recommandation du FCC ».
La publication de cette fake news en ce moment de tension entre le FCC et le CACH laisse croire à un calcul malveillant et attentatoire.

« Malheureusement, sans chercher à vérifier cette information alarmiste à la source pour avoir un son de cloche exact, des médias en ligne en ont fait leurs choux gras, chacun manipulant cette infox à sa sauce », a regretté Joseph Ikoli en notant qu’on ne doit pas ainsi verser dans l’optique de la manipulation pour nuire à une personnalité, de surcroit un père de famille, qui sait que tout ce qui est humain est passager, mêmes les fonctions qu’il exerce.

En tout cas pour le SG aux Mines, ce « brûlot » a probablement été boutiqué dans les laboratoires des Secrétaires Généraux non affectés ou ceux qui ont échoué au concours organisé par le CADICEC, sous la supervision du ministère de la Fonction publique et qui sont avides de la politique du « ôtes-toi de la que je m’y mette ».

Ses auteurs voudraient induire les autorités actuelles en erreur. Il soutient que cette fausse information cherchant à le crucifier a tout faux.
« Rien de ce qui est publié n’est fondé », a-t-il insisté, en précisant que le fonctionnaire de l’Etat est apolitique et neutre tout en étant serviteur de l’Etat.

Joseph Ikoli a révélé n’avoir jamais reçu des directives du genre émanant du FCC. Il n’agir qu’en conformité des instructions qui lui parviennent de sa hiérarchie. « Le fonctionnaire fait son travail sans couleurs politiques dans un État démocratique et de droit. Il est prêt à servir tous les chefs d’Etat qui ont réçu de la population, le mandat de diriger le pays », a-t-il expliqué.

Et de poursuivre que « c’est faux et archifaux de dire qu’il existe des Secrétaires Généraux FCC et d’autres CACH ».

Des fausses informations à jeter dans la poubelle

Après cette entrée en matiére distillée sur un ton qui avait du mal à dissimuler sa colère, Joseph Ikoli s’est employé à démonter, une à une, ce qu’il a traité de faussetés contenues dans l’information de madame Charlie.

Il a souligné avec force que l’Arrêté ministériel qui est faussement traité de faux ne l’est pas. Il n’est pas non plus caduc dans la mesure où il a été pris officiellement par la ministre de la Fonction publique encore en fonction en vue de régulariser la situation administrative des milliers d’agents qui, depuis plusieurs années, évoluaient en situation irrégulière au sein des ministères.

Enchaînant dans le même ordre d’idées, le Secrétaire Général aux Mines a fait savoir que dans son ministère, la régularisation voudrait qu’elle soit faite sur quelques 4400 agents, mais parce qu’il faut respecter le cadre organique, il ne pourrait pas affecter plus de 400 agents quoiqu’ayant opérationnalisé 3 nouvelles directions.

Les agents restants seront, eux, versés dans la banque de données du ministère. C’est dire combien il est respectueux des textes.

Le SG aux Mines le confirme en rappelant que loyal et discipliné, il a respecté à la lettre l’instruction du Directeur de Cabinet du chef de l’Etat qui interdisait, depuis le 25 janvier 2019, les mouvements du personnel dans le secteur public jusqu’à ce que soit signée la Note circulaire N°002/MIN. FP/YEB/2020 du 12 août 2020 par la ministre de la Fonction publique adressée à tous les Secrétaires Généraux de l’Administration publique et Directeurs Généraux des Services publics de l’Etat, leur demandant de déclarer tous les agents qui étaient déjà en service dans leurs administrations et porteurs d’une commission d’affectation en vue de leur prise en compte dans la base des données en constitution et éventuellement pour leur rémunération… pour se mettre à exécution.

Dans cette note circulaire, il est fait obligation aux Chefs des Administrations de transmettre les listes déclaratives actualisées par emboîtement de leurs Administrations respectives. « Dès lors, comment procéder à cette opération sans que cet agent soit affecté dans un poste organique après la régularisation de sa situation administrative? », s’est demandé le SG Ikoli, non sans avoir signalé qu’il n’est pas en train de recruter ni affecter de Nouvelles unités mais des Agents ayant obtenu en bonne et due forme, leurs numéros matricules au niveau du Ministère de la Fonction publique en vue de la régularisation de leur situation administrative au sein du Secrétariat Général des Mines. « Il s’agit d’une note circulaire qui est de stricte application et ne peut souffrir d’aucune faille dans son exécution», a-t-il renchéri.

Enfant de Dieu, il dit avoir pardonné les acteurs de cette cabale montée de toutes pièces pour le nuire. « On ne jette les pierres que sur un arbre qui porte des fruits », a-t-il lancé non sans se demander sur quelle base l’on parle de la caducité d’un document aussi longtemps qu’il n’y a pas un nouveau doublé de contraire, établi pour empêcher son exécution.

L’occasion faisant le larron, Joseph Ikoli Yombo a rappellé sa longue et riche trajectoire dans la Fonction publique pour dire qu’il n’est pas né de la dernière pluie et a gravi les échelons normalement pour en arriver là où il est, sur base de la méritocratie. « Depuis 2017 que je suis à ce poste, j’essaie de bien faire mon travail après avoir été Directeur de cabinet du ministre Kabwelulu dix ans durant, parce qu’il disait de moi que j’étais performant », s’est réjoui le SG Ikoli en ajoutant que si tel n’était pas le cas, le ministre ne l’aurait pas gardé si longtempts.

Avant d’en arriver là, Joseph Ikoli était Directeur depuis plusieurs années et a travaillé avec plusieurs ministres du secteur des Mines. Et il a, à son actif, plusieurs réalisations en faveur du secteur minier et en est fier. C’est dans cette optique qu’il a avoué avoir énormément contribué à ce que des minérais qui étaient jugés de minérais des conflits soient désormais acceptés dans le monde.

Son expertise est connue et respectée à l’international. Pour preuve, il est invité en qualité de conférencier d’honneur à une conférence internationale qui se tient du 13 au 14 janvier 2021 en Allemagne sous le thème « Le règlement de l’UE sur les minerais provenant de zones de conflits: Perspectives des pays producteurs ».

ALT/LJN

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Impasse autour de la désignation des animateurs de la CENI: Les raisons du silence de la communauté internationale

Alors que le processus de désignation des nouveaux dirigeants de la Commision Électorale N…