Home Politique Mesures restrictives dans les transports publics: Jean-Pierre Alumba demande à Ngobila de consulter toujours l’avis des experts

Mesures restrictives dans les transports publics: Jean-Pierre Alumba demande à Ngobila de consulter toujours l’avis des experts

4 min read
0
0

La circulation a repris son cours normal à Kinshasa, ce jeudi 24 juin 2021, après les perturbations observées mercredi suite aux restrictions imposées aux taxis et taxis-bus par le gouverneur de la ville de Kinshasa. Gentiny Ngobila a tard dans la nuit, annulé sa décision imposée aux transports en commun de transporter seulement 50% de leurs capacités, pour lutter contre la propagation de Covid-19.

Expert international en développement communautaire, incluant la mobilité des personnes dans les grandes agglomérations, Jean-Pierre Alumba Lunkamba critique sévèrement les décisions de l’Hôtel de ville de Kinshasa.

C’est clair que le Gouverneur de Kinshasa n’a pas consulté l’avis des experts avant de signee son arrêté du 21 juin dernier portant renforcement des mesures pour lutter contre la troisième vague de la pandémie de Covid-19 dont la capitale est l’épicentre en RDC.

Soutenant la lutte contre la propagation de la pandémie de Covid-19, qui fait des ravages à travers le monde, Jean-Pierre Alumba désapprouve la façon dont l’hôtel de Ville gère le secteur du transport, particulièrement en cette période de crise sanitaire.

Il estime que pour prendre la décision de restreindre le nombre des passagers dans les taxis/bus et motos, Gentiny Ngobila devait tenir compte de plusieurs facteurs. Il s’agit notamment du prix du carburant, le montant du versement des taxis bus, taxis et motos, les embouteillages de Kinshasa, le prix d’une course et évidemment le respect des gestes barrières.

« Dans une ville où se trouvent les sièges de toutes les institutions et les représentations diplomatiques, les décisions a prendre doivent tenir compte aussi de l’aspect sécuritaire de ces institutions. J’exhorte le Gouverneur, prochainement, avant de prendre des telles décisions, d’organiser une consultation avec les syndicats des opérateurs du secteurs, les experts du secteur et les groupes cibles. Cela lui evitera des tâtonnements. On appelle ça la participation citoyenne », a pesté Jean-Pierre Alumba à alternance.cd.

Cet expert en développement communautaire soutient que « la vraie maladie des RD Congolais c’est la pauvreté extrême ».
Il demande par conséquent aux décideurs politiques de « tenir compte de cette réalité » pour que leurs décisions à l’instar de celle de Ngobiba sus- évoquée, ne « souffrent pas d’application ».

Au-delà de tout, Jean-Pierre Alumba plaide pour la prise en compte des expertises et de la compétence dans le choix des animateurs des institutions.

ALT.