Home Politique Elections de 2023 en RDC : Charly Kabongo s’oppose à toute manœuvre dilatoire

Elections de 2023 en RDC : Charly Kabongo s’oppose à toute manœuvre dilatoire

5 min read
0
0

L’incertitude plane sur l’organisation des élections prévues en 2023 en République démocratique du Congo. Alors que la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) mobilise les autorités gouvernementales et les parties prenantes au processus électoral, des observateurs doutent de ses capacités à respecter les délais constitutionnels. C’est le cas de Charly Kabongo, Président communal du Rassemblement des jeunes pour la reconstruction et le développement (RJRD), commune de Kintambo.

Il dénonce des «manœuvres dilatoires » orchestrées selon lui à la CENI, pour justifier le report ou la révision de la Constitution.

Pour lui, la litanie de contraintes avancées par la Centrale électorale pour conditionner la non publication du calendrier électoral constituent des choix délibérés susceptibles de compliquer la tenue effective des élections en 2023. Il estime que ces contraintes ne facilitent pas la préparation et le bon déroulement du processus électoral, conformément à la Constitution.

Voilà pourquoi il met en garde contre toute tentative tendant à priver les congolaises et congolais du droit de se choisir, dans les délais constitutionnels, leurs dirigeants.

Charly Kabongo affirme à qui veut l’entendre que, « visiblement, l’équipe de Denis Kadima, Président de la CENI, tient tout simplement à se rabattre à la session des grands enjeux, celle de mars, afin que le Parlement fasse sa part en toute responsabilité pour déboucher à l’inattendu ».

Il poursuit que dans certains couloirs politiques, l’on dénonce également la volonté d’organiser les élections à partir de la base pour justifier un éventuel glissement.

Pendant ce temps, tous les indicateurs de la situation socio-économique du pays continuent d’être dans le rouge et la crise ne cesse de s’aggraver jusqu’à devenir multidimensionnelle.

Charly Kabongo insiste sur l’organisation des élections sans aucune excuse liée au manque des financements à la CENI.

« Pour consolider la démocratie qui est encore fragile voire déficiente, la répétition des élections dans le temps, conformément aux dispositions légales en vigueur, est une condition indispensable », martèle-t-il. Et d’ajouter que seul le retour à la légitimité et au principe de redevabilité pourraient mettre fin à cette triple crise, politique, économique et sociale et permettre ainsi à la République démocratique du Congo de retrouver la normalité et le développement afin de mettre l’homme au centre de toute initiative.

Plus loin, cet acteur politique jure que si, par hasard, l’on arrive à réviser la Constitution sous prétexte d’ajouter des années au mandat du Chef de l’Etat actuel, cela restera pour tant d’autres Chefs d’Etat qui viendront après lui.

« Alors, déduit-t-il, la RDC ira de révision en révision de sa Constitution sans impact au niveau social de la population ».

Jules Ntambwe