Home Politique Programme Sino-Congolais : Le BCPSC vide Congo Hold-up de sa substance

Programme Sino-Congolais : Le BCPSC vide Congo Hold-up de sa substance

8 min read
0
1

Le rendez-vous a été fixé à Fleuve Congo Hôtel, ce lundi 06 décembre 2021, avec les journalistes des médias congolais et internationaux. Ils ont été une centaine à répondre à l’invitation du Porte-parole du Bureau de Coordination et de suivi du Programme Sino-Congolais(BCPSC). John Omombo avait des vérités d’une importance capitale, vu le cadre choisi et le format: un palace congolais réhabilité et retapé aux standards internationaux grâce aux retombées du programme Sino-congolais.

En une heure et une dizaine de minutes, il a répondu à toutes les attaques et critiques faites depuis le début de l’année 2021 par des ONG et des médias internationaux contre la Sino-congolaise des mines(SICOMINES). Une grande partie de la conférence a été axée sur Congo Hold-up, du nom de l’enquête menée par 5 ONG et 19 médias internationaux, sur ce qui a été présenté comme une prédation des fonds publics de la RDC par des proches de l’ancien président Joseph Kabila.

L’Observateur africain des ressources naturelles, Afrewatch et Congo Hold-Up, auteurs des rapports accablants sur la Sicomines, en ont eu pour leur compte.

Le bureau de coordination et de suivi du programme Sino-congolais est convaincu que toutes ces structures internationales ont un point commun : « une solide conspiration des officines occidentales toujours déjà déterminées à salir l’image, l’honneur et la réputation des institutions de la RDC, des personnalités mais aussi elles s’emploient à fabriquer un environnement dépravé pour décourager les investisseurs, particulièrement des entrepreneurs chinois ».

Au nom du BCPSC, John Omombo a soutenu haut et fort, sur un ton panafricaniste, que l’objectif des auteurs des rapports contre la SICOMINES est de « poursuivre l’œuvre de la déstabilisation de la RDC et empêcher le peuple congolais de bénéficier de ses richesses du sous-sol ».

Il a annoncé que le Bureau de Coordination et de suivi du Programme Sino-Congolais n’accorde aucun crédit à Congo Hold-up.
« Il est hors de question pour le BCPSC de se justifier sur des graves mensonges boutiqués par un consortium d’ONG et des médias occidentaux, qui n’ont aucune considération pour les médias congolais ni pour les ONG congolaises. Le BCPSC rappelle qu’aucun mécanisme juridique ne prévoit la gestion de la RDC par des ONG et des médias occidentaux », a-t-il déclaré.

John Omombo a fustigé ce qu’il a qualifié de fixisme sur des personnalités aussi bien de l’actuel que de l’ancien régime pour ternir l’image du pays dans le domaine de la gestion des finances.

« Congo Hold-up jette un discrédit sur la Banque centrale du Congo, l’accusant de n’avoir pas joué son rôle, sachant bien que la BCC est appelée à discuter avec la Banque mondiale et le Fonds Monétaire International », a avancé le porte-parole du BCPSC.

Du respect pour les investisseurs chinois

Sans détours, le porte-parole du BCPSC a demandé aux tireurs de ficelles des rapports sur le prétendu scandale autour du programme Sino-congolais de respecter les investisseurs chinois.

« Lorsqu’on parle des partenaires chinois, il faut un minimum de respect. La RDC travaille avec des partenaires crédibles et respectables. Les entreprises telles que CREC, Sinohydro, Zingwei technic corporation et autres, ne sont pas des célèbres inconnues. Ce sont de très grandes entreprises des infrastructures, bâtiments et travaux publics cotées dans le monde », a martelé John Omombo.

Il a poursuivi que la Chine a toujours été aux côtés de la RDC chaque fois que le pays est en détresse.

« La RDC doit disposer de sa liberté de choisir les partenaires et le type de partenariat pour son développement. Les chinois participent activement au développement de la RDC par la construction des infrastructures. Il est hors de question de s’attaquer aux Chinois », a conclu le porte-parole du Bureau de Coordination et de suivi du Programme Sino-congolais.

Ce, après avoir fait remarquer la coopération économique avec le pays de Xi Jinping date de l’époque de Lumumba, puis de Mobutu avec des infrastructures impressionnantes dont le stade des Martyrs et le Palais du Peuple.

A l’en croire, « c’est le moment d’éveiller la conscience nationale pour que les congolais protègent la coopération Sino-congolaise ».

Hermance Kanyeba

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Jean-Claude Baende à Jean-Pierre Bemba: « Je sais que tu as l’habitude de créer des conflits avec tout le monde »

Entre le député national Jean-Claude Baende et le vice-premier ministre de la Défense nati…