Home Non classé Visé par la réflexion d’un professeur sur les thèses de doctorat à l’Unikin: Minaku vole au secours du doyen de la faculté de Droit

Visé par la réflexion d’un professeur sur les thèses de doctorat à l’Unikin: Minaku vole au secours du doyen de la faculté de Droit

9 min read
0
0

Coup sur coup! Cette courte phrase devenue populaire à Kinshasa semble s’appliquer dans le feuilleton de la thèse de doctorat du Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko. Après de virulentes critiques formulées par le Prof Tasoki Manzele, Vice-doyen en charge de la Recherche de la Faculté de Droit de l’Université de Kinshasa,sur les conditions d’octroi des diplômes de doctorat, la doyenne de la Faculté a réagi le 3 mars 2018, soit vingt-quatre heures après la correspondance de son collègue. Mais, quand on se penche de près sur sa lettre, on se rend facilement compte que le style employé n’est pas du tout différent de celui de Minaku.

On en sait un peu plus sur cette affaire dite de « thèse politiquement attribuée ». Ce sont des Professeurs de l’UNIKIN qui ont été les premiers à dire qu’ils ne reconnaissent pas du tout le style de la doyenne, Prof Marie-Thérèse Kenge Ngomba Tshilombayi, dans cette lettre. Tous ceux qui l’ont lue pensent que c’est bel et bien le Secrétaire général de la Majorité Présidentielle qui l’aurait rédigée à la hâte avant de la faire signer par cette l’innocente.

Un professeur spécialiste de la Linguistique, qui a été interrogé cet après-midi, est de cet avis et relève entre autres que, l’usage répété du participe présent (s’agissant de…) et de longues phrases laisse penser que la lettre a été écrite par Aubin Minaku en personne.

Pour revenir au fond, la lettre du Prof Marie-Thérèse Kenge, est une réplique à la réflexion du Vice-Doyen à la Recherche. Ce dernier a dans missive fait remarquer que la Faculté de Droit de l’Unikin a intensifié depuis un moment l’organisation des études doctorales au profit de la communauté universitaire avec l’objectif d’assurer la formation des cadres pour préparer la relève académique. Il a cependant fait relever que des observateurs critiquent sévèrement l’octroi de la thèse de doctorat à Minaku. « La volonté affichée par notre faculté rencontre des critiques virulentes des observateurs extérieurs. Le cas le plus récent est celui du Chef des travaux Aubin Minaku Ndjalandjoko, dont la proclamation en qualité de docteur en droit a reçu des critiques acerbes, allant jusqu’à faire courir des rumeurs faisant état d’une éventuelle rédaction de sa thèse par son directeur.A tort ou à raison, ces observateurs extérieurs estiment que la mission de l’Université est totalement dévoyée », a-t-il noté.

A cette observation, qui devait en principe appeler une réflexion, la doyenne de la faculté de droit a répondu par un rappel des faits déjà connus, les mêmes que des observateurs évoqués plus haut contestent. «  En effet, la faculté de Droit a non seulement proclamé le récipiendaire avec mention distinction en licence, la mention grande distinction en D.E.S proclamée en 2017, mais aussi l’Université de Kinshasa l’a engagé au grade d’assistant et il a évolué au sein de la même faculté jusqu’au grade de Chef de travaux. Il a ainsi les compétences et les qualités requises pour rédiger seul sa thèse de Doctorat », a-t-elle défendu.

Minaku a-t-il réellement assisté son Professeur 

Interrogés, des étudiants et d’anciens étudiants de la Faculté de Droit de la colline inspirée ne se rappellent pas avoir vu une seule fois, l’ancien magistrat du groupe des magistrats qui avaient été révoqués par Laurent Désiré Kabila assister un professeur dans l’auditoire. Un ancien membre du bureau de l’Association du corps scientifique(ACS), qui a requis l’anonymat, a confié à Alrtenance.cd qu’il se rappelle qu’une fois élu Président de l’Assemblée nationale, l’ACS avait voulu recevoir Aubin Minaku pour le féliciter et lui poser des problèmes que rencontrer les Assistants et Chefs de travaux dans leurs carrières, mais le nouveau docteur Manaku n’avait daigné répondre à sa correspondance.

Un étudiant de première licence dit qu’il ne l’a jamais vu à la Faculté, contrairement à son collègue assistant Shadari que l’on voit chaque fois derrière le Prof Musao Kalambo les jours où ils ont cours. « A quel moment il a rédigé sa thèse », s’interroge un Député national, membre de la conférence des présidents de l’Assemblée nationale.

D’autre part, des citoyens Lambda proposent, pour mettre fin à l’interminable polémique sur sa thèse, que Minaku se pèse à travers un débat scientifique, à d’autres juristes de la trempe de Maitre Nyarugabo, Ekombe ou Delly Sessanga.
Un élu de l’opposition demande quant à lui qu’on oppose le Docteur Minaku, dans un débat scientifique contradictoire avec le Prof Jacques Djoli. Que cherche l’honorable Minaku, s’interroge un Assistant parlementaire qui suggère au SG de la MP de faire une enquête de satisfaction de son passage au perchoir auprès des administratifs de l’Assemblée nationale.

                                                                      RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sécurisation des Voies fluviales : L’Union Européenne approuve la détermination de Didier Mazenga

La quatrième réunion d’évaluation du Comité de pilotage du projet d’appui à la…