Home Politique Candidate à la députation nationale à Ilebo: Anne-Marie Mbilambangu écrit à Alternance.cd

Candidate à la députation nationale à Ilebo: Anne-Marie Mbilambangu écrit à Alternance.cd

13 min read
0
0

La députée nationale Anne-Marie Mbilambangu a réagit à un article d’analyse sur la situation sociopolitique dans le territoire d’Ilebo dans la province du Kasaï publié dans notre site le 12 octobre 2018. Elle a envoyé une « réaction» que nous nous faisons le devoir de publier en intégralité. Toutefois, Alternance.CD se réserve le droit de faire une note de Rédaction pour tirer au clair certaines allégations contenues dans son droit de réponse.

 

EXP. Hon. Anne-Marie Mbilambangu Kinshasa, le 14/10/2018
Députée Nationale
S/C Palais du Peuple
C/LINGWALA-KINSHASA

Objet : Réaction à l’article paru dans votre site Internet Alternance.cd

Au Responsable du Site Intenet
Alternance.cd
A Kinshasa-RD Congo

Monsieur le Responsable,

J’ai lu, avec une attention particulière, l’article publié dans votre Site Internet Alternance.cd. le 12 octobre 2018 sous le titre : « Législatives nationales : Anne-Marie Mbilambangu fait la honte d’Ilebo.» Article écrit par votre journaliste Robert Djanya
Conformément à la loi n° 96 /02/ du 02 juin 1996 portant Exercice de la liberté de presse en République Démocratique du Congo, je viens par la présente apporter mon démenti catégorique sur des allégations mensongères publiées par votre site, visant sans nul doute, à nuire non seulement à ma réputation mais aussi à ma carrière politique. Le fait de ne m’avoir pas interrogé sur ces allégations, parce que je suis à Kinshasa, prouve à suffisance la volonté manifeste de me nuire.

Tout en me réservant le droit des poursuites judiciaires, en raison de ces allégations, je considère ces écrits comme un commentaire n’ayant aucune valeur informative et n’apporte aucune contribution au débat politique dans le territoire d’Ilebo. L’objectif de l’initiateur parce que je le connais, étant principalement de nuire à ma personne mais sans succès. Ces commentaires m’obligent à vous donner des éléments ci-après :

1.Vous dites dans votre article, qui ressemble bien à une salade, qu’entre moi et ma base, le divorce est consommé. Quelle preuve apportez-vous pour étayer vos affirmations ? Vous vous laissez dans un commentaire ennuyant qui n’apporte absolument aucune information. Ma base existe. Elle existera. Je peux affirmer avec force et tous les politiciens de notre territoire le savent, que j’ai une base sinon il n’y aura pas des pleures que j’entends.

2.Je n’ai jamais abandonné mes électeurs et donc ma base. Je suis avec eux et chaque jour. Il suffit d’assister à mon arrivée et tout au long de mon séjour à Ilebo pour vous en rendre compte. Si je n’avais pas de base, il n’y aurait pas cette agitation stérile de ce candidat qui est complètement désespéré avant même les élections.

3.Vous dites que j’accuse des limites. Lequelles ? Sachez que j’ai assumé des responsabilités politiques : vice-gouverneur pendant trois ans et demi, 6 ans comme conseillère au cabinet du chef de l’Etat où j’assumais les charges de coordonatrice du collège des conseillers et aujourd’hui députée nationale. Vous pensez que je sois nulle, on me confie ces genres des responsabilités à un niveau très élevé ? Il faut faire preuve de cécité intellectuelle pour y penser. Celui qui vous a donné ces salades ne peut pas tenir un débat avec moi, d’une part parce qu’il n’a pas un cursus scolaire voulu, une formation requise, et d’autre part, avec un français complètement boiteux, il est et serait incapable de tenir un débat public ni politique, ni économique, encore moins social avec moi. S’il était un homme courageux, vous auriez pu le citer comme source. Pourquoi vous le cacher ? Je suis prête pour un débat télévisé avec lui, on verra bien en quoi il est capable.

4. Je ne travaille pas à la CENI. Si quelqu’un a réussi au test et qu’il est recruté par l’organe de gestion des élections, en quoi cela m’engage ? Qui ne sait pas que la CENI avait organisé un test de recrutement sur l’ensemble du territoire national pour engager son personnel ? Si un Mushilele réussit, c’est moi qui l’ai placé ? Et donc je deviens tribaliste pour cela ? Mais les autres tribus qui travaillent dans cette institution, pourquoi ne fait-il pas allusion à elle ? C’est regretable comme raisonnement.

5. Je tiens à souligner ici que je ne suis pas tribaliste. Vous n’avez qu’à observer mon entourage, je compte toutes les tribus de notre territoire ici à Kinshasa comme à Ilebo. J’ai des Tshokwe, les Batetela, les Baluba, les differentes tribus de Bandundu, les Babunda, les Yansi, les Bawongo… Des preuves sont là. Lorsque celui qui vous a donné ces balivernes courrait derrière moi pour que je le soutienne, était-il Mushilele comme moi ?

6. Il n’y a pas que la tribune que j’ai construite. J’ai des réalisations dans notre territoire. L’initiateur de ces commentaires le sait. Mais lui, qui vous a donné ces salades, qu’a-t-il fait ? Il aurait pu vous dire toutes ses réalisations. Je me rends d’ailleurs compte qu’il ne comprend pas le rôle d’un député.

7. Vous parlez d’une prostitution politique mais je pense que vous ne comprenez pas grand-chose. Tenez ! Je suis membre du PPRD. Je n’ai jamais changé de parti depuis 2003. Je suis restée fidèle jusqu’à ce jour. Le PPRD, c’est moi qui l’ai implanté dans notre territoire d’Ilebo. Tous ceux qui parlent aujourd’hui, personne ne l’a fait. On ne change pas l’histoire. Elle demeure. Je fais partie intégrante du parti. Je vous informe que je suis secrétaire nationale en charge des Organisations des masses et des Cellules de Base. Si vous pensez que j’ai été déboutée, ce que vous n’avez rien compris de ce qui relève de la stratégie globale du Parti. Ceci prouve ses propres limites quant à l’analyse des stratégies politiques.

8. Ce n’est pas la première fois que ce personnage de mauvais goût ramasse des vieilles listes pour écrire des sales mémos. Cela ne lui apporte absolument rien comme résultat. Qu’il le fasse encore, ça ne lui apportera pas un gain au contraire. Quoi qu’il en soit, sachez que ce n’est pas les mémos qui vont me perturber. Je continue à travailler avec détermination jusqu’au jour de l’élection.

9.Même si je vous adresse ce démenti, je vous informe que j’ai saisi mon avocat qui va examiner les autres aspects de votre article et me proposera si oui ou non je dois saisir les instances compétentes.

Tout en réitérant le respect des prescrits de la loi sur l’Exercice de la liberté de presse par votre Site Internet, j’attends la publication de mon démenti dans votre site. Trouvez ici, l’expression de mes sentiments patriotiques.

Honorable Anne-Marie Mbilambangu
Députée Nationale

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Nord-Kivu : Les FARDC délogent un groupe de miliciens Maï-Maï d’un village du sud de Lubero

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo(FARDC) ont lancé tôt le matin de …