Home Société Insolite: Un neveu de Joseph Mobutu menacé de relégation dans son village natal ou d’être envoyé au Maroc surveiller la sépulcre de son oncle

Insolite: Un neveu de Joseph Mobutu menacé de relégation dans son village natal ou d’être envoyé au Maroc surveiller la sépulcre de son oncle

7 min read
0
0

Au 21eme, certains congolais continuent d’être maltraités par de tenants du pouvoir pour le simple fait de leur appartenance à certaines familles. C’est ce qui semble être le cas de Bezwa Bebing, un neveu du feu maréchal Mobutu Sese Seko.

Se disant victime de détention arbitraire, traitement inhumain et torture, il a déposé une plainte auprès du Conseiller spécial du Chef de l’État en matière de sécurité, en charge de Bope Tula Popo, major au Camp Kokolo et consorts. Il les accuse notamment de l’avoir mis arbitrairement dans un cachot durant 24 heures et de l’y avoir torturé.
C’est un récit qui donne de frissons et qui prouve que l’État du droit a encore du chemin à parcourir en République Démocratique du Congo.

Des hommes en uniformes accusés d’avoir abusé de leur autorité pour régler de comptes à un membre de la famille d’un ancien Chef de l’État, des ingrédients semblent être réunis pour le dire ainsi.

Dans sa plainte, Bezwa Bebing s’est présenté comme un agent de l’inspection générale de la territoriale et neveu de Joseph Mobutu, ancien Président fondateur du MPR et feu Président du Zaïre. Il dit avoir été victime des faits énumérés ci-haut le 25 mars 2020 alors qu’il accompagnait son chef sur le site de l’ancien cimetière de Kasavubu à Kinshasa.
«J’ai été désagréablement surpris par le traitement inhumain du Major Pindu Kambole, qui après m’avoir vu, a exigé mon arrestation immédiate pour une cause que j’ignore jusqu’à ce jour, et cela devant son chef, le Général Kazimoto, Commandant de la base logistique centrale. Voulant connaitre la cause de cet acte, le Major précité donnera l’ordre aux militaires commis à la garde du Général pour me tabasser à mort et me torturer sur le lieu même, devant une foule immense avant de m’acheminer au cachot de la Police militaire au Camp Kokolo pendant 24 heures et j’ai eu la vie sauve grâce à ma hiérarchie qui alertera l’auditorat militaire, qui interviendra pour ma libération», a-t-il relaté.

Et ce n’était pas la première fois car, il a accusé aussi un autre homme en uniforme de l’avoir torturé quelques jours plus tôt.
«Peu avant, c’est monsieur Bope Tula qui m’avait tendu un piège, en me demandant de le rejoindre vers la Gombe, là encore j’y trouverai le même major qui m’avait braqué son arme devant l’épouse du Général Kazimoto», s’est-il plaint.

Qui protège ce Major?
Aussi grave et humiliant que cela puisse paraitre, les bourreaux présumés de ce neveu de l’ancien Président du Zaïre lui auraient promis de le reléguer dans son village natal.
« Plusieurs fois, je suis l’objet des menaces de mort de la part du Major qui me promet même la relégation dans mon village d’origine à l’Equateur ou au Maroc, lieu où se trouve la sépulcre du feu Maréchal Mobutu Sese Seko mon oncle», a-t-il poursuivi, la peur au ventre.

Selon le plaignant, tous ces dossiers auraient été bloqués par le Général Kazimoto qui chercherait à protéger ses hommes.
«A ce jour, le Général Kazimoto traque, traduit même en justice les journalistes qui avaient dénoncé ces actes de barbarie étant donné que ces faits se sont bien déroulés devant lui par ses gardes, et la jeep de son escorte avait été utilisée pour m’acheminer au cachot sans qu’il n’intervienne devant son subalterne», a précisé Bezwa Bebing.
Et de renchérir qu’il sollicite l’intervention du Conseiller spécial du Chef de l’État en matière de sécurité pour que le dossier suive son cours normal devant la justice.

LJN/ALT

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

A la tête d’un pays sans identité culturelle: Félix Tshisekedi ouvre l’année culturelle de l’Union Africaine ce samedi

C’est triste de le dire mais c’est la réalité. La République Démocratique du C…