Home Politique CNSS: Les étranges éloges de Jules Alingete à l’égard de l’ex DG Agnès Mwad

CNSS: Les étranges éloges de Jules Alingete à l’égard de l’ex DG Agnès Mwad

6 min read
0
0

C’est la confusion totale à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). Alors qu’elle a été suspendue par la ministre de l’emploi, travail et prévoyance sociale, Claudine Ndusi M’kembe sur base de la feuille d’observations de l’Inspection Générale des Finances(IGF), l’ex-Directrice Générale Agnès Mwad a été publiquement félicitée par l’inspecteur général des finances, chef de service Jules Alingete pour avoir réussi à augmenter sensiblement les recettes de cette caisse.

A l’occasion de l’an un de la patrouille financière effectuée dans les entreprises et services publics, l’Inspecteur Général des Finances, chef de service Jules Alingete a dressé un bilan positif du travail réalisé. Devant la presse, il n’a eu que des bonnes paroles concernant la gestion de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS).

Durant plusieurs mois, l’IGF a accompagné la gestion de la CNSS en contrôlant au jour le jour tous les actes signés par le gestionnaire et la trésorerie. « On est passé de 270 millions à 314 millions USD en six mois d’encadrement. Ces fonds sont logés dans les comptes CNSS », a révélé Jules Alingete, sur des propos relayés par nos confrères de Politico.cd.

Que reste-t-il des accusations de mauvaise gestion ?

Pourtant, dans sa correspondance référencée N°622/PR/IGF/OM 21-2021/NMM/2021 du 28 mai 2021 adressée au Président du Conseil d’Administration et à la Directrice Générale de l’ex INSS, l’Inspecteur Général des Finances a énuméré une série d’actes de mauvaise gestion retenues contre eux.

Il s’agit entre autres, de la «dilapidation des ressources » de la CNSS par le paiement des primes et avantages aux mandataires publics et à leurs collaborateurs immédiats dont la hauteur est évaluée à USD 2.800.938; l’« absence des normes internes et non respect des standards africains » en matière de répartition des ressources entre les dépenses et la part des ressources destinées aux prestations sociales; le « non recouvrement des loyers dus à la CNSS » par les locataires ordinaires dont les arriérés s’élevaient à plus de 8 millions USD au 31 décembre 2020; la création des structures organiques jugées « budgétivores »; octroi aux cadres de direction d’un salaire supplémentaire déguisé en indemnité de domesticité représentant 75% de la rémunération totale et enfin, la violation systématique du cadre légal et réglementaire sur la passation des marchés publics entrainant un risque de surfacturation.

C’est sur base de ces observations que la tutelle a suspendu Agnès Mwad de ses fonctions de DG de la CNSS il y a près d’un mois. Et, avec les éloges de Jules Alingete, d’aucuns se demandent s’il ne faut pas carrément réhabiliter cette dame dont on vante les prouesses.

Entre temps, des séquences vidéos devenues virales dans les réseaux sociaux montrent une somptueuse palace que l’on présente comme appartenant à l’ex DG de la CNSS. Très rapidement, sa cellule de communication a démenti « ces informations dénudées de tout fondement qui ne visent, selon elle, qu’à saper l’honneur de Madame Agnès Mwad Nawej Katang, après de nobles et loyaux services rendus à la Nation ».

Jean Pérou Kabouira

Lire aussi

Rapport scandaleux de l’IGF sur la CNSS : La qualité des inspecteurs des Finances mise en cause

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…