Home Politique CENI: Martin Fayulu invite l’IGF à auditer sur la gestion du bureau Corneille Nangaa

CENI: Martin Fayulu invite l’IGF à auditer sur la gestion du bureau Corneille Nangaa

4 min read
0
1

Le président de l’Ecide et cadre de la coalition Lamuka ne jure que sur la tenue des élections crédibles et transparentes en 2023. Dans son meeting tenu à Boende dans la province de la Tshuapa samedi 5 mars 2022, Martin Fayulu a appelé la population à surveiller le vote et à exiger la publication des vrais résultats.

D’après le candidat malheureux à la présidentielle de 2018, les dernières élections ont coûté à la RDC près de 2 milliard de dollars américains.

« Nangaa et Basengezi{ Ndlr ex président et Vice-président de la Commission Électorale Nationale Indépendante} ont dépensé près de 2 milliards USD. Nous ne savons pas où est partie la moitié de l’argent. Quand est-ce que Jules Alingete va s’occuper de ce dossier? », s’est-il interrogé.

Ce, après avoir appelé ses auditeurs à publier leurs propres résultats en 2023 avant ceux de la CENI, question de se rassurer que ces élections seront transparentes.

« Nous nous battons pour que les élections soient transparentes. Nous allons organiser des manifestations. Attendez le mot d’ordre (…). En 2023, vous devrez surveiller le vote. Après avoir voté, vous publierez ces résultats et vous exigerez qu’ils publient les vrais résultats. Nous nous battons pour des élections transparentes », a déclaré Martin Fayulu.

Dans la foulée, il a révélé que ses adversaires ont donné de l’argent à certains habitants de Boende pour qu’ils ne viennent pas l’accueillir.

« Nous sommes un grand pays. Nous avons une terre bénie. Nous avons des hommes valeureux. Nous devons être unis (…). C’est honteux pour eux. J’ai entendu qu’ils vous ont donné de l’argent pour ne pas venir m’accueillir. C’est honteux. Vous payez l’impôt et eux mettent tout cet argent dans leurs poches. 2023 arrive », a lancé le leader de l’Ecide.

D’une dénonciation à une autre, Martin Fayulu a également fustigé la taxe l’affaire RAM.

« Il n’y a pas des routes à Boende. Pourtant, ils se targuent d’être puissants. Qu’est-ce qu’ils ont fait ici? Ils détournent l’argent et vous obligent d’être comme des mendiants. Regardez l’histoire du Ram. Nous avons gagné cette bataille, il faut maintenant engager la bataille du remboursement. Il semble que c’est plus de 500 millions. Ils doivent rembourser », a-t-il enchaîné.

Il faut dire qu’en ce qui concerne les élections de 2018, le budget présenté par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) était de 1,8 milliards de dollars américains.

Junior Lomanga