Home Politique SADC: Le duo Tshisekedi-Mazenga déterminé à en finir avec l’insolvabilité des États membres

SADC: Le duo Tshisekedi-Mazenga déterminé à en finir avec l’insolvabilité des États membres

6 min read
0
0

Investi président en exercice de la Communauté de développement de l’Afrique Australe ( SADC) en août dernier, à Kinshasa lors du 42ème sommet des chefs d’Etat, Félix Tshisekedi s’est engagé à administrer une nouvelle impulsion à cette communauté. Déterminé à traduire en acte son engagement, il s’attaque à la culture de non paiement de cotisations financières par certains États membres.

C’est dans ce cadre qu’il a dépêché le ministre congolais de l’Intégration régionale et Francophonie, Me Didier Mazenga, président du Conseil des ministres de la SADC, à l’Union des Comores, un des États ayant la réputation de ne pas honorer leurs cotisations financières.

Ce dernier est arrivé à Moroni, le 6 décembre 2022, pour une tournée dans la région. Il a été accueilli à l’aéroport par le ministre des Affaires étrangères comorien et des comoriens, qui ont tenu à lui prouver de l’amour et de l’hospitalité panafricanistes, en lui faisant porter une couronne de fleurs au coup.

Le 7 décembre, Me Didier Mazenga a été reçu par le chef de l’Etat comorien, Azali Asumani, à qui il a remis le message spécial de son homologue congolais, Félix Tshisekedi.

Il a ensuite présidé une séance de travail avec des membres du gouvernement comorien et des experts dans la salle des réunions du ministère des Affaires étrangères des Comores. Y ont pris part, entre autres, les ministres des finances, des Transports et de l’Agriculture, ainsi que le Gouverneur de la Banque centrale des Comores, en présence du Secrétaire général de la SADC.

Il a expliqué l’objet de sa mission et les grandes lignes des fondamentaux de l’arsenal juridique de la SADC, surtout en matière de contributions ou cotisations financières, pour la bonne marche de la communauté.

Didier Mazenga a fait savoir à ses interlocuteurs qu’il y a des sanctions qui découlent du non paiement desdites cotisations.

« Me Didier Mazenga a aussi fondé son argumentaire sur les recommandations du dernier sommet de la SADC face à la situation des Comores, non en règle depuis son appartenance à la SADC en 2018. A bâton rompu, la 2ème étape des échanges était beaucoup plus axée sur précision de la date à laquelle le gouvernement comorien devrait commencer, petit à petit, à s’acquitter de ce noble devoir. À son tour, le Ministre des Finances des Comores a fait savoir que ce sont des chocs exogènes qui ont empêché les Comores d’être en règle de cotisations, notamment la pandémie à Covid-19, le Cyclone Kenneth qui a ravagé l’économie comorienne et la guerre Russo-Ukrainienne», rapporte la Cellule de communication du ministère de l’Intégration régionale.

Il a réaffirmé la volonté de son pays d’honorer ses dettes avant le prochain sommet de la SADC prévu au mois de mars 2023.

Après les Comores, la délégation du président du Conseil des ministres de la SADC se rendra dans d’autres États non en règle de cotisations financières.

Selon une source interne, de 2018, année de son adhésion, à ce jour, l’Union des Comores est en retard de cotisations financières de l’ordre de 12.254.330 USD.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Encadrement des recettes et dépenses de l’État: Félix Tshisekedi instruit Judith Suminwa de se servir utilement des recommandations de l’IGF

Près d’un mois après la fin des missions d’encadrement dans les entreprises et…