Home Politique Des députés provinciaux corrompus élisent de sénateurs corrupteurs ce vendredi

Des députés provinciaux corrompus élisent de sénateurs corrupteurs ce vendredi

8 min read
0
0

Malgré le retrait de plusieurs candidats qui les accusent de s’être rendus coupables de corruption, les députés provinciaux votent ce vendredi 15 mars les nouveaux sénateurs. Organisée par une Commission Électorale Nationale Indépendante(CENI) têtue, qui est restée sourde aux dénonciations de corruption, l’élection sénatoriale se déroule comme prévu dans 24 des 26 provinces de la RDC.

La liste des candidats sénateurs qui ont retiré leurs candidatures est longue comme celle des recrues de la faculté de Droit de l’UNIKIN.

Les derniers retraits en date sont ceux du Professeur Mabi Mulumba, candidat numéro 25 sur la liste définitive des candidats sénateurs de la province du Kasaï central, qui l’a annoncé le 13 mars 2019 à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et de Lambert Matuku. Si le second a évoqué des raisons personnelles, le premier dit vouloir protéger sa réputation.

Dans sa correspondance, ce sénateur sortant  fait part à la centrale électorale du monnayage flagrant des voix des députés provinciaux qui demanderaient jusqu’à 30 000 USD par personne.

Très en colère contre ce comportement anti démocratique, il estime qu’un Sénat dont les membres ont été élus sur fond de corruption ne sera pas en mesure de jouer valablement son rôle de la chambre haute, donc celle des sages du parlement. « Il n’est pas acceptable qu’une chambre parlementaire prestigieuse comme le Sénat soit discréditée par un mode électoral perméable à la corruption de façon aussi notoire », fustige-t-il.
Par cette dénonciation, il  demande à la Commission Electorale Nationale Indépendante à redoubler de la vigilance en vue de prendre de mesures qui s’imposent pour crédibiliser le restant du processus électoral.

Ceci faisant, l’ancien Premier Ministre sous le régime de Mobutu a rejoint la longue liste des candidats sénateurs qui se sont retirés pour ne pas cautionner la corruption qui entourent l’élection sénatoriale de ce 15 mars 2019.

Nangaa s’en fout de la corruption

Parmi les candidats qui ont jeté l’éponge, il y a entre autres le Conseiller stratégique du Chef de l’Etat, Vidiye Tshimanga, Adam Bombole ou encore le  Conseiller Spécial de l’ancien Chef de l’Etat Joseph Kabila en matière de sécurité, lutte contre le blanchiment de capitaux et le terrorisme, Luzolo Bambi.

Ce dernier a d’ailleurs pris le soin de saisir d’abord les responsables de la CENI. « Croyant aux valeurs éthiques et républicaines dans l’accès aux charges publiques et dans la gestion de celle-ci, je prends librement la décision de retirer ma candidature de l’élection sénatoriale…Ayant constaté et vécu la mise à prix des voix à cette élection, je préfère sauvegarder mes valeurs pour des convenances personnelles au regard de mon honneur sans prix », a-t-il écrit.

Ensuite, il a pris le soin d’alerter le Procureur Général près la Cour de cassation de Kinshasa Gombe sur ces faits flagrants de corruption. « Les premiers éléments d’information contre vérifiés par mes services confirment cette corruption générale initiée tantôt par des députés provinciaux qui vendent leurs voix aux candidats sénateurs ou gouverneurs de province, tantôt par des candidats sénateurs ou gouverneurs qui approchent des députés provinciaux pour l’achat de leurs voix », a-t-il affirmé en sollicitant l’ouverture d’une « information judiciaire ».

A son tour, le Procureur Général près la Cour de cassation est entré en jeu en demandant au Président de la Centrale électorale de reporter les élections des sénateurs et des gouverneurs de provinces pour lui permettre d’enquêter sur les accusations de corruption qui pèsent sur les députés provinciaux.

En réponse, la CENI a rejeté sa demande et maintenu son calendrier fixant la tenue des élections sénatoriales ce vendredi 15 mars 2019 et des gouverneurs des provinces au 27 mars.

Pour une certaine opinion, c’est à l’issue
de cette journée électorale que l’opinion pourra juger de la volonté ou non des élus provinciaux à résister aux billets verts en echange des voix.

RD44/LJ/ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Kinshasa: L’hôtel de ville dément la nomination et permutations des Bourgmestres par Gentiny Ngobila

Ils ont célébré leur nomination. Certains ont été présentés au plus haut niveau de leur pa…