Home Economie RDC : Transco pleinement engagé dans l’extension de ses activités de transport en commun à travers le pays

RDC : Transco pleinement engagé dans l’extension de ses activités de transport en commun à travers le pays

18 min read
0
0

La société des Transports au Congo(TRANSCO) devrait être en train d’écrire ses plus belles pages d’histoire dans la transition entre l’âge de l’implantation -implémentation et la phase décisive du développement. Elle a mis le cap sur l’extension structurée de ses activités à Kinshasa et dans le villes importantes des provinces.

La stabilité et la paix sociale qui règnent dans cet établissement public de masse qui compte près de 3000 travailleurs sont remarquables. Ce bon climat de travail est la preuve de la bonne direction impulsée par le staff dirigeant dans le cadre du plan de redressement. Ce plan de redressement a été mis en place pour soutenir la vision de modernisation et de développement des activités qui rentrent dans la mission sociale confiée par les pouvoirs publics.

Même dans un contexte où les investissements de l’Etat sont encore attendus, le train du développement des activités est bel et bien en marche.

Tenez, au mois de mars dernier, Transco a relancé la ligne interurbaine Kinshasa-Kikwit avec un grand succès au regard de la liesse suscitée et de la demande qui monte en puissance traduisant l’importance des populations desservies sur la ligne. Il s’en est suivi l’ouverture de la ligne Kinshasa- Matadi, une première sur l’axe Kongo-Central. Cette ligne se consolide avec les nouveaux bus confortables ayant notamment de la climatisation, des sièges VIP, soute à bagage très moderne etc mis sur le réseau d’exploitation . Le prolongement de cet axe jusqu’à Boma prévu sous peu et à Moanda très bien bientôt sont autant d’éléments qui ne trompent pas sur le succès du plan mis en cours d’exécution.

Selon un constat fait sur place, le personnel est hyper motivé et l’ambiance de travail est bon enfant. C’est ce qu’ont constaté nos reporters au dépôt de Masina et au Dépôt II de Limete de l’établissement ainsi que sur le réseau d’exploitation de TRANSCO.

« Cet outil stratégique de l’Etat dans le secteur de la mobilité de la population devient sensible et indispensable au regard de son impact social et économique. Son fonctionnement normal devrait toujours être préservé pour le mettre à l’abri de crises sociales qui seraient très préjudiciables à la population (mobilité, activités économiques et voir, la sécurité)« , a expliqué un expert.

Alors, d’où vient qu’un syndicaliste qui n’a aucune base réelle ou un contact sociologique avec les 3000 travailleurs de TRANSCO puisse se permettre de débiter des affabulations, prédire l’apocalypse en faisant des imputations dommageables dans l’intention visiblement de nuire et de déstabiliser un établissement aussi important de l’Etat?

En effet, abusant du nom du syndicat « Union pour la Paix Sociale »(UPS), ce mercenaire payé par les forces du mal voudrait se permettre cette entreprise maléfique et diabolique de vouloir déstabiliser l’Etat à travers Transco .

Il est important de rappeler que la délégation syndicale même si elle existe, ne l’est que de nom pour n’avoir jamais eu la confiance des travailleurs. Ces derniers ne se considèrent pas comme des syndiqués parce qu’ils estiment que rien ne les lie à cette délégation syndicale à la solde des forces du mal.

Pour preuve, cette délégation syndicale ne serait jamais en mesure de mobiliser dans le cas d’une assemblée générale ne serait -ce qu’une cinquantaine d’agents sur les 3000. C’est en tout cas ce qu’ont  affirmé beaucoup d’agents interrogés par notre rédaction.

Par conséquent, ce syndicat ne peut pas au stade actuel, parler des cotisations syndicales que les travailleurs devraient consentir à payer pour être syndiqués.

C’est devenu visiblement une entreprise du mal ayant pour mission de nuire, par esprit apparemment de vengeance, au bien-être des 3000 travailleurs qui ont résolument et publiquement désavoué ce syndicat. Ce, sans compter les dommages collatéraux aux milliers des familles et à la population pour qui la fourniture des services de transports par TRANSCO est plus que salutaire, surtout pour les plus démunis.

Un test très sérieux, est à recommander aux autorités qui ont la sécurité dans leur responsabilité pour préserver la stabilité et la paix sociale dans cet établissement public qui bénéficie d’une gestion ingénieuse par les organes dirigeants actuels.

C’est de demander aux détracteurs de la gestion actuelle et aux prophètes de malheur de se présenter devant le personnel de TRANSCO et de dire la même chose. A moins qu’ils soient des marsiens, « ils ne le risqueraient pas à ce point », laisse entendre un agent de Transco qui se demande « se cachent-ils derrière l’étiquette du syndicat pour utiliser la toile ( réseaux sociaux, presses en lignes ) de manière abusive en vue de nuire et de détruire ?« .
C’est de la malhonnêteté et mauvaise foi, c’est criminel.

Rappel des faits

En effet, dans une correspondance que les forces du mal agissante ont fait relayer abusivement à la presse pour de fins inavouées et que l’on peut bien déduire, quelques personnes prétendant parler au nom de travailleurs ont accusé le Directeur Général de tribalisme et de népotisme en évoquant des structures tribalo-ethnique qui n’existent que dans leurs têtes et qui, ne devraient jamais exister dans TRANSCO qui est un établissement public et non une arène politique .

Face à ces allégations, Alternance.CD a décidé de mener des investigations au sein de cette société et les premiers éléments obtenus auprès de diverses sources les contredisent comme le jour et la nuit.

Primo, il s’avère que le syndicat UPS n’a bénéficié d’aucune considération auprès des travailleurs depuis que le permanent en cause avait apporté son soutien, visiblement monnayé, au staff d’alors qui était réputé avoir mis en péril les intérêts des travailleurs.

L’oppression était érigée en système de gestion des travailleurs qu’il faillait écraser pour mieux régner en potentat. Les agents contactés se rappellent qu’avec la bénédiction de la poignée des malfaiteurs-menteurs de TRANSCO, les syndicalistes ont obtenu des autorités une somme importante d’argent sans une assemblée générale, sans une affiliation et en plus sans cahier de charge.

Cette absence de confiance et cette perte de légitimité se sont manifestées davantage lors de la première tentative de convoquer l’Assemblée générale rès d’une année après leur installation.

Cette assemblée générale qui était convoquée le jour de la remise et reprise entre les Premiers ministres entrant et sortant a connu un fiasco spectaculaire car, aucun agent ne s’y était présenté.
Tout le monde ayant compris que les organisateurs ne travaillent que pour les intérêts qu’eux seuls, les malfaiteurs, maîtrisent, sinon, contre l’établissement, ses travailleurs et l’intérêt général

Et au sujet des accusations de tribalisme et de népotisme, il faut avoir la mémoire courte pour oublier que depuis l’investiture du Président Félix Tshisekedi en janvier dernier, tout mouvement du personnel est suspendu dans le secteur public.

Question: à quel moment le DG attaqué gratuitement a-t-il procédé à des nominations pour être étiqueté de tribaliste et de népotiste? – Au syndicat UPS de répondre. Tous les responsables des Directions et autres agents de maîtrise gardent leurs postes jusqu’ici. Personne n’a été bougé ! Quelle imagination ? quel mensonge éhonté ! Est-ce de la mythomanie ou un complot bien ourdi ?

L’optimisme est de mise

D’autre part, selon des agents de Transco contactés par Alternance.cd, le léger retard du paiement de salaire évoqué par les pourfendeurs du staff dirigeant n’est pas une situation de référence. Il n’y a aucun arriéré de salaire en dépit de l’amortissement des bus qui sont à la 7ème année de leur exploitation, le stock des hérités qu’il faut régler.

En dépit du ralentissement lié aux travaux de construction de saut-de-mouton à travers la ville de Kinshasa qui ont un impact significatif à la baisse des recettes quotidiennes par la chute de la vitesse commerciale (nombre des rotations sur les lignes exploitées). Même alors, les salaires de près de 3000 agents sont régulièrement payés et les soins médicaux de leurs familles bien pris en charge.

A ce propos, il faut plutôt dire que l’espoir est davantage permis avec les effets bénéfiques des ouvrages à la fin de ces travaux . Le désengorgement des routes et la fluidité de la circulation pour lequels les éloges reviennent au Chef de l’Etat pour avoir pris l’initiative et la vision de moderniser la voirie urbaine. La dotation des nouveaux bus par l’Etat sera un grand pas dans le plan d’extension-développement.

« Il y a des signaux forts qui nous permettent de croire en un avenir rose pour TRANSCO. Nous citons notamment l’acquisition du lot des 50 nouveaux bus dont le premier échantillon réceptionné déssert déjà les lignes interurbaines Kinshasa-Kikwit et Kinshasa-Matadi; l’acquisition du dépôt de la 18eme rue dans le patrimoine immobilier de TRANSCO ; les efforts fournis par le staff dirigeant pour maintenir la situation de stabilité malgré l’état des bus et faire avancer le plan de développement des activités », a expliqué un agent sous couvert d’anonymat.

Halte donc aux malfaiteurs et aux prophètes de malheur.

CP

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Isidore Ndaywel après la marche du CLC: « Nous ne sommes pas en voie de disparition»

Le Comité Laïc de Coordination ( CLC) a marché ce lundi 21 octobre à Kinshasa. La manifest…