Home Economie RDC: Transco, c’est vraiment foutu

RDC: Transco, c’est vraiment foutu

6 min read
0
0

Si vous habitez Kinshasa, vous avez probablement constaté ces derniers jours que les bus de la société des Transports au Congo (Transco ) sont devenus rares dans les artères. Vous avez peut-être suivi le DG de cette société se plaindre de la cessation de la dotation du carburant et lubrifiant par le gouvernement conformément à ses engagements. Sachez que le retour des bus Transco dans les rues de la capitale congolaise et dans les provinces ne se fera pas de si tôt. Il risque même de ne pas avoir lieu. On vous explique pourquoi.

Lundi 25 mars 2024, Cyprien Mbere Moba, directeur général de Transco, a été en mode pleurnichard lors d’une interview accordée à la presse. Il a accusé le ministre des Finances et celui des Transports d’avoir boudé l’instruction du président de la République leur ordonnant lors de la réunion du Conseil des ministres du 15 mars 2024, de travailler en synergie en vue de trouver la solution aux problèmes qui rongent cette entreprise publique, notamment l’approvisionnement en carburant et lubrifiant.

"A l'heure où nous parlons, s'est-il plaint, la situation n'a pas changé. Il y a eu un début de changement pour cinq jours et nous sommes rentrés dans la disette du départ. Il n'y a même pas une goûte de carburant à Transco, dépôt 1 er dépôt 2."

Selon des sources internes, le mal est plus profond qu’on le pense et le comité de gestion Cyprien Mbere en est en partie responsable.

Un réseau de vente du carburant volé de bus

En effet, il existerait au sein de Transco, un réseau de vente illicite de carburant tiré des bus aux Kadhafi {petits revendeurs de carburant dans les bidons et autres petites mesures } dont les acteurs seraient connus et protégés de la direction générale.

Déploiement des bus TRANSCO dans les provinces : Une mesure cosmétique pour une société sous anesthésie

Un ancien conducteur a confié à alternance.cd que le phénomène existait depuis le comité Bongi Blackson mais qu’il a pris de l’ampleur sous le comité Chief Tshibamba et est devenu presque normal sous l’actuel comité de gestion.

"Transco de 2015, 2018 et même 2021 n'est plus le même. Les itinéraires ne sont plus respectés parce qu'à l'interne, il existe une prime de performance non officielle qui récompense le conducteur et le percepteur à chaque fois qu'ils auront vendu 750 tickets. Du coup, les conducteurs préfèrent emprunter les itinéraires où il y a peu d'embouteillages et où il y a plus de clients dans les arrêts des bus pour qu'ils atteignent rapidement la barre de 750 tickets afin d'empêcher 20 000 FC", témoigne un conducteur qui affirme faire partie des bénéficiaires de cette prime illégale.

Entre-temps, les effectifs du personnel augmentent à 120 km à l’heure, passant d’un peu plus de 2280 (fin 2022) à plus de 3200 actuellement. Sur ce point, des membres du comité de gestion actuel sont accusés d’avoir engagé membres de familles, amis, copains, maîtresses, belles-familles etc.

Dans ces conditions, il faudra un miracle pour espérer voir cette société créée en 2013 tenir.

Pami Halele

Retard de paiement des rémunérations du personnel de Transco: Rien de méchant à reprocher à Andrew John Bongi
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Corruption et détournements, le casse-tête du gouvernement Judith Suminwa

Au moment où la nouvelle première ministre, Judith Suminwa Tuluka, consulte les forces soc…