Home Société Pas de coupure d’eau à Kinshasa : La Regideso se ravise

Pas de coupure d’eau à Kinshasa : La Regideso se ravise

6 min read
0
0

Plus de peur que de mal. L’eau continuera à couler de robinets cette semaine à Kinshasa. La menace de coupure brandie la semaine dernière par l’intersyndicale de la Regideso ne sera pas mise en exécution.

Le Directeur Général de cette société, Clément Mubiayi a tenu à rassurer la population sur le fait qu’il y a un stock de produits chimiques pour couvrir l’exploitation en attendant la commande prochaine.

Tout Kinshasa a tremblé à la suite de l’annonce par l’intersyndicale de la Regideso, de la coupure d’eau à partir de mardi 24 décembre. Visiblement animée d’une mauvaise foi, elle a accusé le Ministre des Finances, Sele Yalaghuli d’être à la base du non paiement par l’Etat d’un acompte de 5 millions USD de ses factures de consommation d’eau.

La réponse de ce dernier ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué de presse rendu public le samedi 21 décembre 2019, il a indiqué que le Gouvernement de la République est à pied d’œuvre pour payer ces factures. «Dans  ce sens et pour le bien de la population, des dispositions particulières ont déjà été prises par le Gouvernement pour assurer un apurement graduel de ces factures, contrairement à ce qui a été déclaré dans les médias. Il convient de rappeler qu’en dépit des contraintes économiques et financières qui imposent au Gouvernement une rationalisation de ses dépenses, les engagements contraignants de l’État ne sont aucunement mis en souffrance», lit-on dans ce communiqué.

Et face aux allégations selon lesquelles il serait responsable des contraintes financières de la Regideso, le Ministre des Finances a déclaré que « celles-ci relèvent avant tout du propre management et de la gestion interne de la trésorerie» de cette société de l’État.

Un problème criant de management

De son côté, un économiste a recadré l’intersyndicale de la Regideso en faisant une analyse qui prouve que la Régie de Distribution d’Eau est mal gérée. «Prenons l’hypothèse minimale de un million d’abonnés qui paient 34000 FC par mois, c’est 34 milliards FC soit 20 millions USD dont 5 millions pour le personnel et 2,5 millions USD pour l’entretien, la maintenance, l’amortissement, et le renouvellement d’équipement pour le reste. La Regideso pouvait ainsi avoir des usines de production d’intrants», a-t-il argumenté.

Plus loin, cet économiste a conclu que le véritable problème qui se pose c’est la gouvernance de la Regideso et pas les dettes de l’État congolais qui selon lui, «sont  considérées comme douteuses et auraient pu être intégrées dans le coefficient de rendement global allant de la production à l’arrivée chez le consommateur».

Par conséquent, ayant certainement senti l’étau se resserrer autour de lui, le DG de la Regideso est revenu à la raison. «Il y a un stock de produits chimiques qui va couvrir l’exploitation en attendant la commande prochaine. Les moyens seront mis à disposition de l’exploitation pour que nos vieux groupes motopompes puissent toujours donner de l’eau et que nos vaillants travailleurs qui interviennent chaque jour puissent continuer leurs travaux comme il se doit», a-t-il dit ce lundi 23 décembre.

JPK

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Mise en place au Secrétariat général aux Mines : Des agents et cadres crient à la tricherie

Le Ministre des Mines, Prof Willy Kitobo et le Secrétaire Général aux Mines, Joseph Ikoli …