Home Société RDC: L’Ong FSPD s’indigne de la « chosification de la femme » lors de la marche du 9 juillet

RDC: L’Ong FSPD s’indigne de la « chosification de la femme » lors de la marche du 9 juillet

6 min read
0
0

Une vidéo mettant en scène le député provincial de Limete, Gecoco Mulumba et une femme retroussant son pagne et urinant sur une photo de Ronsard Malonda, nouveau Président contesté de la  CENI est devenue virale sur les réseaux sociaux. Bien que l’intéressé se soit défendu, cette vidéo tournée lors de la manifestation organisée par l’UDPS le 9 juillet dernier a suscité l’indignation et la colère des associations féminines. C’est le cas de l’ONGD « Femmes Solidaires pour la paix et le Développement », FSPD et de la Synergie Congolaise des Femmes et Associations Défenseures des Droits Humains(SYCOFADHU).  Ces deux organisations non gouvernementales et leurs partenaires ont saisi officiellement le Président de la République, Félix Tshisekedi.

Dans une correspondance datée du 13 juillet dernier, elles ont dénoncé la violence des droits des femmes en RDC, particulièrement par certains officiels  par des actes tendant à bafouer leur dignité. « La manipulation, la chosification et la méconnaissance de la dignité de la femme lors de la marche du 09 juillet 2020 à Kinshasa, particulièrement l’incitation d’une femme par un député provincial de la même ville jusqu’à la pousser à souiller son honneur, celui de toutes les femmes et de la Nation ne pouvaient pas laisser indifférentes les femmes défenseures des droits humains ainsi que leurs associations et partenaires car pour ces actrices et acteurs engagés dans la promotion et la protection des droits humains et particulièrement des droits des femmes, la dignité n’a pas de prix », ont écrit les Ongd FSPD et SYCOFADHU à l’attention du Président de la République.

Elles soutiennent que cet acte barbare viole  les prescrits de l’article 1er de la Déclaration universelle des droits de l’homme et les articles 11 et 14 de la Constitution de la République Démocratique du Congo.

Des recommandations au gouvernement et au parlement

Par conséquent, ces structures demandent à Félix Tshisekedi de prendre des mesures qui s’imposent pour entre autres, veiller au respect de la Constitution et des droits  humains, faire respecter la Constitution et les droits des femmes ; faire respecter l’ordonnance du 24 mars 2020 décrétant l’Etat d’urgence sanitaire en RDC ; de ne pas promulguer des « lois impopulaires » et non conformes à la Constitution et de consolider l’Etat de droit. Au gouvernement, elles exigent un engagement efficace pour le bien-être de la population et de veiller à l’application des dispositions légales protégeant les droits des femmes en RDC. Au parlement, FSPD et SYCOFADHU demandent de prioriser les lois qui tiennent compte des desiderata du peuple et au pouvoir judiciaire de maintenir et protéger son indépendance.

« Dans tout le cas, l’Ongd FSPD, la SYCOFADHU et leurs partenaires restent saisis sur toute forme des violations des droits des femmes et continuent leur mission de contribuer à l’amélioration de la protection et la promotion des droits des femmes et filles rendues vulnérables », renchérit cette missive signée par Madame Desiderata (Des) Furaha, Présidente Nationale de Femmes Solidaires pour la Paix et le Développement et Coordonnatrice Nationale de la Synergie Congolaise des Femmes et Associations Défenseures des Droits Humains.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

RDC : Diomi Ndongala de nouveau devant la justice ce 1er décembre

Libéré sous condition en mars dernier après sa condamnation en 2014 à dix ans de détention…