Home Politique Suite à ses propos jugés xénophobes : Félix Kabange dans le collimateur de la Cour de Cassation

Suite à ses propos jugés xénophobes : Félix Kabange dans le collimateur de la Cour de Cassation

6 min read
0
0

« Chacun a chez soi, ici dans l’espace Katanga, c’est chez Joseph Kabila Kabange. Nous ne tolérerons plus que quelqu’un vienne, allez faire vos histoires où vous voulez mais quand vous venez ici, respectez les gens que vous trouvez. Et lorsque nous vous trouvons en train de faire tout un meeting pour injurier le pauvre Joseph Kabila, qui à 45 ans a accepté d’abandonner le pouvoir, et l’alternance a bénéficié à l’UDPS, est un manque de respect. Ça, nous ne tolérerons plus, et plus jamais. C’est un message que nous donnons et nous disons que nous avons averti». Ces propos jugés xénophobes tenus le 8 septembre dernier par le Député national Félix Kabange Numbi lui ont attiré des ennuis.

Après la colère de l’Association Congolaise pour l’accès à la Justice(ACAJ), l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme(ASADHO) est passée à la vitesse supérieure. Cette organisation de défense des droits humains dirigée par Maitre Jean-Claude Katende l’a traduit en justice pour incitation à la haine tribale et à la xénophobie.

Deux jours après avoir tenu ces propos, Félix Kabange Numbi avait tenté d’étouffer le feu en s’insurgeant contre le Président de l’Acaj, Georges Kapiamba qu’il accuse d’avoir monté une cabale contre lui. « Des propos mensongers, des montages détournant mon échange avec la presse font tenir à Acaj et Kapiamba Georges des accusations éhontées. Ne pouvaient-ils pas vérifier l’authenticité de ce qu’ils dénoncent à mon sujet », avait-il-déclaré le 10 septembre dernier.

Refusant de présenter des excuses car affirmant ne se reprocher de rien, il s’est refusé, dans sa mise au point, « d’aller dans le sens de ceux qui choisissent de mener un combat à deux vitesses ».
Mais pour l’ASADHO, le mal était commis et il fallait à tout prix que justice soit faite.

A cet effet, cette ONG a déposé sa plainte le mardi 15 septembre 2020 auprès du Procureur Général près la Cour de Cassation. Elle demande à ce dernier d’ouvrir une instruction à charge du Député national Félix Kabange Numbi pour des faits d’incitation à la haine tribale et à la xénophobie, et de prendre toutes les mesures préventives pour éviter la mise à exécution de ce dont elle présente comme des menaces reprises dans son adresse précitée.

L’Asadho a soutenu que ces déclarations « constituent un avertissement et une menace de nature à exposer à la colère de certains ressortissants du Katanga les congolais originaires d’autres provinces et militants d’autres partis politiques ».
Reste que la procédure sera longue et presque vouée à l’échec pour obtenir la levée des immunités de Félix Kabange Numbi par l’Assemblée nationale majoritairement dominée par le FCC dont il est un des cadres les plus actifs.

Par ailleurs, d’aucuns pensent que Jean Claude Katende et Georges Kapiamba devraient agir avec la même promptitude dans le dossier des insultes proférées contre la Présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda par des membres de l’UDPS. Sinon, ce sera les deux poids deux mesures.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Déficit de l’électricité à Kinshasa : La VSV exige la démission du staff dirigeant de la SNEL

En dehors des droits  civils et politiques, la Voix des Sans Voix pour les droits de …