Home Politique RDC: Joseph Kabila est-il un monstre ?

RDC: Joseph Kabila est-il un monstre ?

5 min read
0
0

Deux ans après son départ du pouvoir, Joseph Kabila assiste à l’effritement de son camp politique. Avec les départs en série de ses ex-soutiens et collaborateurs, certains de ses secrets les mieux gardés finissent sur la place publique. Du coup, les congolais découvrent la face cachée de l’homme qui a bouleversé, en deux ans, une histoire qu’il a contribué à écrire durant 18 ans, le plus souvent par la force et la corruption.

Pour avoir facilité la première alternance démocratique pacifique en RDC, Joseph Kabila a bénéficié de la sympathie d’une partie de l’opinion tant nationale qu’internationale. Mais sa démesure du pouvoir dans la coalition FCC-CACH qu’il a formée avec son successeur Félix Tshisekedi a remué la plaie sur les blessures des congolais.

Les événements qui ont conduit l’actuel Chef de l’État à prendre distance de son prédécesseur poussent plus d’un congolais à se demander si ce dernier ne serait pas l’incarnation du mal à un degré tel qu’il en deviendrait presque une figure mythologique.
Plusieurs éléments viendraient conforter cette thèse.

Violation des libertés individuelles

Le régime de Joseph Kabila a atteint un niveau inimaginable dans la répression des voies discordantes. Des organisations de défense des droits de l’Homme recensaient chaque année des centaines de violations des droits humains dont des arrestations arbitraires, des tortures et même des assassinats. On se souvient des manifestants pacifiques gazés et pourchassés à coup de balles réelles dans les églises à Kinshasa ; des massacres dans le Kongo Central et dans le Kasaï ; ou encore de l’assassinat de Floribert Chebeya etc.

Pour démontrer le caractère anormal de l’homme Joseph Kabila, on peut évoquer les arrestations de ses opposants tels que Diomi Ndongala, Franck Diongo, Jean Claude Muyambo ou encore l’exile imposé à Moïse Katumbi.

Pour ne rien arranger, le spectre de Joseph Kabila hante toujours l’esprit de Jean-Pierre Bemba, qui a passé dix ans de son existence à la CPI après avoir échappé de justesse à un assassinat lors des violences post électorales de 2006.

Et il n’est le seul car, un peu partout à travers la RDC, il y a des victimes directes ou indirectes du régime de Kabila.
Et, ce n’est pas Eddy Kapend qui dira le contraire, lui qui vient de sortir de la prison de Makala après 20 ans de privation de liberté dans le procès de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila.

Le comble, c’est que Joseph Kabila n’a cessé de se mettre en scène, sans pour autant jamais se dévoiler, même après son départ du pouvoir. Ce qui a précipité le descente aux enfers de son regroupement politique, Front Commun pour le Congo.
Le deuxième volet de cette chronique hebdomadaire revient sur d’autres secteurs de la vie nationale qui prouveraient que Kabila serait un monstre.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Tanganyika: Après sa destitution, Zoé Kabila remet Félix Tshisekedi devant ses responsabilités

Après sa destitution controversée du poste de Gouverneur du Tanganyika par l’Assembl…