Home Politique RDC: Les élections d’abord ou le peuple d’abord?

RDC: Les élections d’abord ou le peuple d’abord?

4 min read
0
0

À deux ans et demi de la fin de son premier mandat, Félix Tshisekedi commence à encaisser la pression sur l’organisation des prochaines élections.

Après les évêques catholiques de la Conférence épiscopale nationale du Congo(CENCO) qui ont rallumé le débat, place au Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante(CENI) d’en remettre une couche. Clôturant un atelier de renforcement des capacités en logistique électorale tenu du 1er au 7 mars à Kinshasa, Corneille Nangaa a affirmé que l’organisation des élections en 2023 est possible.

Deux ans après la première alternance pacifique au sommet de son pays, le peuple congolais broie du noir. Les nombreuses promesses distribuées par le Chef de l’Etat sont restées de chapelets de bonnes intentions.

Accusant ses anciens alliés du Front Commun pour le Congo(FCC) de bloquer son action, Félix Tshisekedi a mis fin à l’alliance qui le liait au camp politique de son prédécesseur Joseph Kabila. Déplumé, ce dernier s’est retranché dans la province du Haut-Katanga où peu d’informations filtrent sur ses activités.

Doublement Président de la RDC et de l’Union Africaine, tout semble obéir à Fatshi. Plutôt, presque tout semble lui obéir car, le social des congolais refuse de s’améliorer. La faute à l’absence d’actes après ses belles promesses.
« Le peuple d’abord » semble rester un simple slogan, les résultats trainant à se faire sentir dans le vécu quotidien de la population.

Tous les espoirs de ceux qui croient au changement tant attendu reposent sur le gouvernement de l’Union Sacrée, attendu dans le prochain jour. Petit souci, la loi de finances de l’exercice 2020, initialement présentée en équilibre en recettes et en dépenses à 18.545,2 milliards de FC a connu une régression de 43,2℅.

C’est dire que les moyens font défaut pour réaliser certains projets prévus dans différents secteurs de la vie nationale.
À en croire certains économistes, sans la relance économique après la pandémie de la Covid-19, il serait hypothétique d’espérer voir le budget national augmenter au cours de deux prochaines années.

Dans ce contexte, le gouvernement de la République devra se montrer très inventif pour s’occuper à la fois de l’amélioration des conditions sociales des congolais et de la mobilisation des moyens pour la tenue des élections en 2023.

Junior L.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

VACCIN « malembement »: Chronique littéraire du Prof Yoka

D’après mon patron le ministre en charge des Questions Statistiques et Tactiques, les chif…