Home Politique Le FCC émietté au nez et à la barbe de Kabila: Néhémie Mwilanya et consorts se consolent dans la rue

Le FCC émietté au nez et à la barbe de Kabila: Néhémie Mwilanya et consorts se consolent dans la rue

7 min read
0
0

« Panta rhei », une formule employée par le philosophe Héraclite d’ Ephèse dont la traduction est « Toutes les choses coulent » ou « Tout passe », s’est vérifiée à la lettre en République Démocratique du Congo. Ce samedi 13 novembre 2021, des cadres du Front Commun pour le Congo(FCC) ont pris d’assaut les rues de Kinshasa pour marcher contre ce qu’ils qualifient de politisation de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et la dictature.

Répondant à l’appel à manifester lancé par leur famille politique, en collaboration avec Lamuka de Martin Fayulu, le Comité Laïc de Coordination (CLC), MILAPRO et autres organisations, des cadres du camp politique de l’ancien Chef de l’Etat Joseph Kabila font l’objet des ralleries de la part de beaucoup de congolais, qui estiment qu’ils n’ont aucune leçon à donner au régime actuel.

Au milieu des foules mobilisées par les forces politiques opposées à l’Union sacrée de la Nation, quelques cadres du FCC défilent en vedettes.

Aubin Minaku, Bruno Tshibala, Ferdinand Kambere, India Omari, Félix Momat, Boniface Balamage, Emmanuel Ramazani Shadary ou encore Néhémie Mwilanya notamment, font partie des manifestants.

La présence dans la rue de ces manifestants VIP a visiblement surpris même le ciel, qui a arrosé le sol de Kinshasa, question de leur permettre de ne pas avaler trop de poussières, eux qui ont vécu dans une opulence démoniaque durant près de deux décennies du règne de leur leader, Joseph Kabila à la tête du pays.

Ainsi, le Secrétaire permanant du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary a entamé la manifestation au Rond Point Moulaert dans la commune de Bandalungwa où il a trouvé d’autres faucons de la Kabilie, notamment Aubin Minaku, Ferdinand Kambere et Guy Mikulu.

Au-delà de revendications partagées par tous les manifestants, la marche de ce jour pourrait servir de divertissement aux cadres du FCC, pour oublier pendant un temps les divisions auxquelles leur regroupement politique est confronté.

En effet, depuis le début de ce mois de novembre, le Front Commun pour le Congo a éclaté en deux ailes, qui se sont exclues mutuellement.

Il s’agit du groupe mené par le duo Âgée Aje Matembo Toto, député national et président de l’Alliance des Nationalistes pour la Démocratie et l’Emergence du Congo(ANADEC) et Constant Mutamba, président de la Nouvelle Génération pour l’émergence du Congo (NOGEC) et du groupe des faucons, avec à leur tête les Emmanuel Ramazani Shadary, Raymond Tshibanda, Aubin Minaku, Néhémie Mwilanya, Evariste Boshab et consorts.

Tout est parti du communiqué du premier groupe, du 1 er novembre 2021, annonçant leur retrait de confiance à la cellule de crise en place depuis 11 mois et qui est dirigée par Raymond Tshibanda. Le duo Matembo-Mutamba et consorts a accusé cette cellule de continuer à se servir irrégulièrement du label du FCC pour des fins personnelles.

Le lendemain, l’autre groupe a réagi, en annonçant dans un communiqué, l’exclusion définitive des rangs du FCC, du groupe qui a décrété la dissolution de la cellule de crise.

Force est de constater qu’en dépit des chamailleries de ses généraux, l’Autorite morale du FCC est resté silencieux. Joseph Kabila n’a en tout cas publiquement apporté son soutien à aucun des deux camps.

Aux dernières nouvelles, l’ancien Président de la République serait injoignable par tous les protagonistes. Conséquence : peu des gens peuvent prétendre connaître sa position par rapport à la marche des forces politiques contre la prétendue politisation de la CENI.

Jean Pérou Kabouira