Home Politique Assemblée nationale : Les projets de loi des finances rectificative exercice 2021 et de reddition des comptes des finances 2020 déclarés recevables

Assemblée nationale : Les projets de loi des finances rectificative exercice 2021 et de reddition des comptes des finances 2020 déclarés recevables

6 min read
0
0

Au cours de la plénière de ce samedi 13 novembre 2021, les Députés nationaux ont suivi les explications et les réponses du ministre d’État, ministre du Budget, Aimé Boji et celles du ministre des Finances, Nicolas Kazadi. Ces membres du gouvernement ont répondu à leurs préoccupations soulevées lors de la dernière séance plénière.

Premier à prendre la parole, le ministre d’État au Budget a résumé les préoccupations des députés en 6 thématiques.

Il s’agit notamment de l’opportunité et de la nécessité du collectif budgétaire, de l’inadéquation entre les ressources d’Etat et le potentiel réel du pays, de la question relative aux budgets annexes et comptes spéciaux, ainsi que la décentralisation budgétaire.

S’agissant de l’opportunité de l’actuel collectif budgétaire, Aimé Boji Sangara a rappelé les dispositions des articles 18, 26, 27, 35, 77 et 80 de la Loi n°11/011 du 13 juillet 2011 des finances publiques. Ces dispositions stipulent que « Seule la loi rectificative peut, en cours d’année, modifier certaines dispositions de la loi de finances de l’année en cours ».

Il a souligné que la présente démarche vise à réajuster les agrégats économiques et redéfinir la trajectoire des finances publiques au regard de récentes évolutions de la situation socioéconomique du pays. Cette évolution est caractérisée par le nouveau programme de gouvernement de l’Union sacrée de la nation, avec ses nouvelles priorités arrivées en cours de l’année et l’embellie du cours des principales matières premières exportées par le pays ainsi que des efforts accrus dans la mobilisation des recettes au point que les assignations annuelles ont été déjà dépassées, deux mois avant la fin de l’année.

Face aux inquiétudes soulevées au sujet des faibles ressources du pays au regard de son énorme potentiel, Aimé Boji a promis la poursuite des réformes et le renforcement de la patrouille financière de l’Inspection Générale des finances (IGF), qui est en train de faire ses preuves.

Pour répondre aux différentes revendications sociales, une grande partie de la plus value du collectif budgétaire est affectée à l’amélioration des conditions sociales des travailleurs de l’Etat, notamment les enseignants, les médecins et autres personnel de santé.

« Il reste beaucoup à faire , mais les efforts consentis portent déjà des fruits », a conclu Aimé Boji

Abordant les préoccupations exprimées par les députés sur la reddition des comptes, le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, a salué la pertinence des observations et questions soulevées et l’intérêt sur la question.

Il a noté, entre autres préoccupations, la problématique de la numérisation du dépôt du projet de loi de finances, les émissions, les décaissements nuls ou inférieurs aux assignations, les dépassements des crédits alloués aux institutions, et les questions liées à la justice distributive.

Dans sa réponse, Nicolas Kazadi a fourni des explications sur les divergences, les dépassements ou les faiblesses d’exécution du budget de l’État.

Pour lui, l’explication est à rechercher du côté de la qualité de la révision budgétaire, des imprévus ainsi que les questions de souveraineté.

J.N.

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Encadrement des recettes et dépenses de l’État: Félix Tshisekedi instruit Judith Suminwa de se servir utilement des recommandations de l’IGF

Près d’un mois après la fin des missions d’encadrement dans les entreprises et…